LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< ÉPICTÈTE: La philosophie naît du conflit FREUD: le rôle immense de la religion... >>
Partager

Sujet :

   Nous voyons combien la réalité nous satisfait peu malgré nos prétentions ; aussi, sous la pression de nos refoulements intérieurs, entretenons-nous au-dedans de nous toute une de fantaisie qui, en réalisant nos désirs, compense insuffisances de l'existence véritable. L'homme énergique qui réussit, c'est celui qui parvient à transmuer en réai les fantaisies du désir. Quand cette transmutation échoue par la faute des circonstances extérieures et de la faiblesse l'individu, celui-ci se détourne du réel; il se retire d l'univers plus heureux de son rêve; en cas de maladie il transforme le contenu en symptômes. Dans certaines conditions favorables il peut encore trouver un autre moyen passer de ses fantaisies à la réalité, au lieu de s'écarter définitivement d'elle par régression dans le domaine infantile ; j'entends que, s'il possède le « don artistique », psychologiquement si mystérieux, il peut, au lieu de symptômes, transformer ses rêves en créations esthétiques. Ainsi échappe-t-il au destin de la névrose et trouve-t-il par ce détour rapport avec la réalité. Quand cette précieuse faculté manque ou se montre insuffisante, il devient inévitable que la libido parvienne, par régression, à la réapparition des désirs infantiles, et donc à la névrose. La névrose remplace, à notre époque, le cloître où avaient coutume de se retirer toutes les personnes déçues par la vie ou trop faibles pour la supporter. FREUD

questions indicatives

Pourquoi, selon Freud « entretenons-nous au-dedans de nous toute une vie de fantaisie » ?

Que se passe-t-il quand l'homme ne parvient pas à « transmuer en réalité les fantaisies du désir » ?

Y a-t-il une gradation de l'écart à la « réalité » ? Quelle réalité ?

Y a-t-il quelque justification que ce soit, dans ce texte, des diverses assertions qui y sont proclamées ?

Ce texte n'en présente-t-il pas moins un intérêt ? Lequel ?

Freud, médecin psychiatre et penseur viennois fondateur de la psychanalyse a exploré le continent de l’inconscient en le considérant comme un système de l’appareil psychique, contenant des représentations refoulées. Si avant lui, des penseurs tels que Schopenhauer ou Leibniz (…) avaient souligné qu’une partie de notre psychisme échappe à la conscience, il revient à Freud de développer cette notion d’inconscient en la percevant comme un système psychique formé par ce qui ne peut accéder à la conscience, en tant qu’il est le produit du refoulement, c'est-à-dire d’un processus psychologique de défense du moi rejetant pulsions et désirs. Mais peut-on accéder à cet inconscient dynamique qui constitue le fond de notre psychisme ? Freud a écrit de nombreux ouvrages relatifs à l’inconscient comme « introduction à la psychanalyse », « au-delà du principe de plaisir »…Dans l’extrait ci-dessous, le psychanalyste s’efforce de montrer comment l’homme lutte pour harmoniser son appareil psychique (le ça, le Moi, le surmoi) pour être en harmonie avec lui-même et avec le monde qui l’entoure.

 

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "" a obtenu la note de :
aucune note

Corrigé consulté par :
  • ggbzh le 04/03/2012 à 04H13
  • nicotoup le 09/02/2012 à 09H19
  • mellecerize le 07/02/2012 à 07H22
  • sorion le 07/02/2012 à 07H17
  • Gwendoline45067 le 11/11/2009 à 11H18
  • 150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit