Alain

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Alain: Les animaux n'ont point de passions. Alain >>
Partager

Sujet : Alain

 Alain  Alain Il y a un fond d'estime, et même quelquefois une secrète admiration, pour des hommes qui mettent enjeu leur propre vie, et sans espérer aucun avantage ; car nous ne sommes point fiers de faire si peu et de risquer si peu pour ce que nous croyons juste ou vrai. Certes je découvre ici des vertus rares, qui veulent respect, et une partie au moins de la volonté. Mais c'est à la pensée qu'il faut regarder. Cette pensée raidie qui se limite, qui ne voit qu'un côté, qui ne comprend point la pensée des autres, ce n'est point la pensée ; c'est une sorte de lieu commun qui revient toujours le même ; lieu commun qui a du vrai, quelquefois même qui est vrai, mais qui n'est pas tout le vrai. Il y a quelque chose de mécanique dans une pensée fanatique, car elle revient toujours par les mêmes chemins. Elle ne cherche plus, elle n'invente plus. Le dogmatisme est comme un délire récitant. Il y manque cette pointe de diamant, le doute, qui creuse toujours. Ces pensées gouvernent admirablement les peurs et les désirs, mais elles ne se gouvernent pas elles-mêmes. Elles ne cherchent pas ces vues de plusieurs points, ces perspectives sur l'adversaire, enfin cette libre réflexion qui ouvre les chemins de persuader, et qui détourne en même temps de forcer. Bref, il y a un emportement de pensée, et une passion de penser qui ressemble aux autres passions. Alain
   Alain

Le texte  a pour objet l’opposition de la pensée fanatique à la pensée rationnelle, philosophique. Ce contraste est explicité tant par les méthodes par lesquelles elles se déploient (intransigeance pour l’une, entreprise du doute pour l’autre) que par la mise en évidence de l’impossibilité de leur dialogue.

Ce qui pose problème, ce n’est pas tant le radicalisme de certains hommes dans leurs actions en vertu de leur croyance que le fait que ces dernières ne soient fondées sur aucun examen critique, les réduisant à des réflexes ; et par là, niant l’autonomie de pensée. Quel est le statut et la morphologie de cette dernière dans la bouche dogmatique ?

La thèse d’Alain repose ainsi sur deux ressorts : d’une part, la stérilité de la pensée dogmatique, d’autre part, son impossible communicabilité, l’assimilant par là d’avantage à une passion incontrôlée qu’à la pensée.

Si le texte s’enracine dans la tradition cartésienne, en tant qu’il fait du doute la condition de possibilité d’une pensée vivante, critique, il est à remarquer que la remise en question s’avère également le critère de la communicabilité de la pensée. Si Descartes entreprit de douter seul, il s’agit ici de mettre en évidence que cette méthode peut être entreprise dans un dialogue, brisant par là son solipsisme.

 

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "Alain" a obtenu la note de :
aucune note

Corrigé consulté par :
  • Alain-281258 le 09/11/2016 à 09H16
  • Maya-280441 le 31/10/2016 à 31H16
  • lilyade-253604 le 31/01/2015 à 31H15
  • soso-245219 le 27/10/2014 à 27H15
  • Sofiou90-244862 le 21/10/2014 à 21H12
  • Alain

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit