Alain: Critique du freudisme

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Kant: Réflexion sur l'éducation Freud: Surmoi et civilisation >>
Partager

Sujet : Alain: Critique du freudisme

Alain: Critique du freudisme

Critique Alain freudisme Alain « Le freudisme si fameux est un art d'inventer en chaque homme un animal redoutable, d'après des signes tout à fait ordinaires; les rêves sont de tels signes; les hommes ont toujours interprété leurs rêves, d'où un symbolisme facile. Freud se plaisait à montrer que ce symbolisme facile nous trompe et que nos symboles sont tout ce qu'il y a d'indirect. Les choses du sexe échappent évidemment à la volonté et à la prévision... l'homme est obscur à lui-même; cela est à savoir. Seulement il faut éviter ici plusieurs erreurs que fonde le terme d'inconscient. La plus grave de ces erreurs est de croire que l'inconscient est un autre moi; un moi qui a ses préjugés, ses passions et ses ruses; une sorte de mauvais ange, diabolique conseiller... Il ne faut point se dire qu'en rêvant on se met à penser. Il faut savoir que la pensée est volontaire; tel est le principe des remords : « Tu l'as bien voulu! », on dissoudrait ces fantômes en se disant simplement que tout ce qui n'est point pensée est mécanisme ou encore mieux, que ce qui n'est point pensée est corps, c'est-à-dire chose soumise à ma volonté, chose dont je réponds. » ALAIN
   Alain

QUESTIONNEMENT INDICATIF


• Qu'est-ce qui peut amener à penser (que l'on trouve cette pensée juste ou non) que le freudisme invente en chaque homme « un animal redoutable »?
• Même question en ce qui concerne « l'inconscient est un autre moi; un moi qui a ses préjugés, ses passions et ses ruses ».
• Quels sont « ces fantômes »? Sont-ce « les remords »?
• Quelle est, selon Alain, la caractéristique qui permet de différencier la pensée de ce qui n'est pas elle?
Pourquoi le choix de cette caractéristique ?
• De quoi relève, selon Alain, « ce qui n'est point pensée »? Pourquoi dit-il : « c'est-à-dire chose soumise à ma volonté, chose dont je réponds ».
Que signifie « chose dont je réponds » ?
• Quel est l'enjeu de ce texte ?
- un enjeu d'ordre strictement scientifique (comment penser
tains phénomènes)?
- un enjeu moral (voire métaphysique)? Cf. Éléments de philosophie d'Alain (Gallimard) notamment le chapitre XVI, livre deuxième :
 

 

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "Alain: Critique du freudisme" a obtenu la note de :
aucune note

Corrigé consulté par :
  • ocrouinaux-269573 le 05/01/2016 à 05H13
  • flo-245333 le 28/10/2014 à 28H16
  • Gougoute-221257 le 21/11/2013 à 21H03
  • CaramelSkin-220105 le 11/11/2013 à 11H19
  • lucifersfall-185314 le 13/11/2012 à 13H10
  • Alain: Critique du freudisme

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit