LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Arendt: liberté intérieure et réalite extérie ... Arendt >>
Partager

Sujet : Arendt: Art et durabilité

durabilité Arendt  Arendt En raison de leur éminente permanence, les oeuvres d'art sont de tous les objets tangibles les plus intensément du monde ; leur durabilité est presque invulnérable aux effets corrosifs des processus naturels, puisqu'elles ne sont pas soumises à l'utilisation qu'en feraient les créatures vivantes [...] qui ne peut que les détruire. Ainsi leur durabilité est-elle d'un ordre plus élevé que celle dont tous les objets ont besoin afin d'exister ; elle peut atteindre à la permanence à travers les siècles. Dans cette permanence, la stabilité même de l'artifice humain qui, habité et utilisé par des mortels, ne saurait être absolu, acquiert une représentation propre. Nulle part la durabilité pure du monde des objets n'apparaît avec autant de clarté, nulle part, par conséquent, ce monde d'objets ne se révèle de façon aussi spectaculaire comme la patrie non mortelle d'êtres mortels. Tout se passe comme si la stabilité du monde se faisait transparente dans la permanence de l'art, de sorte qu'un pressentiment d'immortalité, non pas celle de l'âme ni de la vie, mais d'une chose immortelle accomplie par des mains mortelles, devient tangible et présent pour resplendir et qu'on le voie, pour chanter et qu'on l'entende, pour parler à qui voudra lire. Arendt
   Arendt

Le texte a pour objet la présentation de la spécificité des œuvres d’art, que ce soit ontologiquement ou dans leur mode d’être au monde. Il s’avère que les œuvres sont des objets à part entière, qui marquent leur différence par le rapport entretenu avec la temporalité.

A la différence des objets quotidiens, l’œuvre fait écho à la part immortelle du travail des mortels, puisqu’elle échappe au processus de consommation.

La thèse de l’auteur repose sur le fait que le dialogue avec une œuvre est synonyme d’échange avec une sphère privilégiée de l’humanité, celle des créations insoumises aux épreuves du temps, qui peut renaître pour qui le veut sous une forme sensible. L’intérêt philosophique du texte repose principalement sur la distinction entre le monde des œuvres, inaltérable ou presque, et celui de la consommation, rendant ainsi quasi-impossible une relation d’assujettissement de l’art à l’humain : il faut, pour aborder le monde de l’art, non pas vouloir s’approprier, mais recevoir, et ce à la différence du mode d’être qui se développe à cause de la technique. Le monde de l’art est synonyme de déploiement de la part immortelle des actions humaines.

 

 

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "Arendt: Art et durabilité" a obtenu la note de :
aucune note

Corrigé consulté par :
  • litlemacak-260370 le 12/05/2015 à 12H22
  • pepsou15-245536 le 09/05/2015 à 09H18
  • grosseteube05-246610 le 02/02/2015 à 02H21
  • sacha-232661 le 06/03/2014 à 06H14
  • calines le 03/12/2011 à 03H19
  • 150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit