Aristote

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Aristote Aristote: Tous les hommes desirent naturellem ... >>
Partager

Sujet : Aristote

Aristote

 Aristote  Aristote Puisque toute connaissance, tout choix délibéré aspire à quelque bien, les hommes, et il ne faut pas s'en étonner, paraissent concevoir le bien et le bonheur d'après la vie qu'ils mènent. La foule et les gens les plus grossiers disent que c'est le plaisir : c'est la raison pour laquelle ils ont une préférence pour la vie de jouissance. C'est qu'en effet les principaux types de vie sont au nombre de trois : celle dont nous venons de parler, la vie politique, et en troisième lieu la vie contemplative. La foule se montre véritablement d'une bassesse d'esclave en optant pour une vie bestiale, mais elle trouve son excuse dans le fait que beaucoup de ceux qui appartiennent à la classe dirigeante ont les mêmes goûts qu'un Sardanapale. Les gens cultivés, et qui aiment la vie active, préfèrent l'honneur, car c'est là, à tout prendre, la fin de la vie politique. Mais l'honneur apparaît comme une chose trop superficielle pour être l'objet cherché, car, de l'avis général, il dépend plutôt de ceux qui honorent que de celui qui est honoré ; or nous savons d'instinct que le bien est quelque chose de personnel à chacun et qu'on peut difficilement nous ravir. En outre, il semble bien que l'on poursuit l'honneur en vue seulement de se persuader de son propre mérite ; en tout cas, on cherche à être honoré par les hommes sensés et auprès de ceux dont on est connu, et on veut l'être pour son excellence. Il est clair, dans ces conditions, que, tout au moins aux yeux de ceux qui agissent ainsi, la vertu l'emporte sur l'honneur. Peut-être pourrait-on aussi supposer que c'est la vertu plutôt que l'honneur qui est la fin de la vie politique. Mais la vertu apparaît bien, elle aussi, insuffisante, car il peut se faire, semble-t-il, que, possédant la vertu, on passe sa vie entière à dormir ou à ne rien faire, ou même, bien plus, à supporter les plus grands maux et les pires infortunes. Or nul ne saurait déclarer heureux l'homme vivant ainsi, à moins de vouloir maintenir à tout prix une thèse. Mais sur ce sujet en voilà assez (il a été suffisamment traité, même dans les discussions courantes). Le troisième genre de vie, c'est la vie contemplative, dont nous entreprendrons l'examen par la suite. Aristote
   Aristote

Si le bonheur désigne traditionnellement un état de sentiment qui ne diffère du plaisir que par l'idée de permanence, il est pour Aristote une activité, qui ne se confond pas avec le plaisir. La fin de la vie se ramène à jouir pleinement de son intellect dans la recherche de la vérité.
 
 
Problématique.
 

 Aristote s'interroge sur la finalité de l'existence humaine. Y a-t-il une activité qui convienne particulièrement à l'être humain et qui serait susceptible de lui procurer le bonheur ? Dans cette perspective, il dégage trois formes de bonheur : 1 ° la majorité des hommes recherchent le plaisir, mais c'est un but qui ne convient vraiment qu'aux esclaves et aux bêtes ; 2° il y a ceux qui visent l'honneur en se consacrant à la vie politique ; 3° enfin la vie contemplative lui semble la plus conforme à la puissance de notre pensée.
 
 
Enjeux.
 

 Pour Aristote, la diversité des actions humaines renvoie à un bien unique. Pour lui, il existe un bien qui n'est choisi que pour lui-même et qui suffit à rendre la vie digne d'être vécue. Mais s'il est évident que le bonheur est la finalité de toutes les activités humaines, il s'agit de savoir quelle est la meilleure façon de vivre pour réaliser ce bonheur.

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "Aristote" a obtenu la note de :
aucune note

Aristote

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit