LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Tocqueville: l'opulence fait préférer la sécu ... Bergson: un hasard heureux... >>
Partager

Sujet : Aristote: L'équité comme correctif à la loi

équité Aristote comme Aristote Même quand il s'agit des lois écrites, la meilleure solution n'est pas toujours de les conserver immuables. En effet, dans l'ordre politique il est impossible de préciser par écrit tous les détails, car la loi écrite a forcément pour objet le général, tandis que les actions ont rapport aux cas particuliers. Ces considérations montrent donc avec évidence que des changements sont opportuns pour certaines lois et dans certains cas. Mais si on considère les choses sous un autre angle, une grande vigilance paraîtra s'imposer dans ce domaine. Quand, en effet, l'avantage qu'on retire du changement apporté est de faible intérêt, et comme, en revanche, il est dangereux d'habituer les hommes à abroger les lois à la légère, mieux vaut manifestement fermer les yeux sur quelques erreurs des législateurs ou des magistrats, car le profit qu'on pourra retirer d'une modification de la loi sera loin de compenser le dommage qui sera causé par l'habitude de désobéir à ceux qui gouvernent. La loi n'a aucun pouvoir de contraindre à l'obéissance, en dehors de la force de la coutume, et celle-ci ne s'établit qu'après un laps de temps considérable, de sorte que passer facilement des lois existantes à de nouvelles lois toutes différentes, c'est affaiblir l'autorité de la loi. Aristote.
correctif   Aristote 1e partie du texte -> Aristote note qu'il est parfois juste de corriger les lois en vue de l'équité («Même quand... cas particuliers.»). 2e partie du texte -> il précise que ces corrections sont soumises à un calcul d'intérêt et ne sont utiles que si elles compensent les pertes occasionnées par un gain plus grand («Mais si l'on considère... ceux qui gouvernent.»). 3e partie du texte -> Aristote justifie ce calcul en rappelant que c'est la coutume et le temps qui donnent aux lois leur force («La loi n'a aucun... l'autorité de la loi»).

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "Aristote: L'équité comme correctif à la loi" a obtenu la note de :
aucune note

Corrigé consulté par :
  • Valounikeee-191573 le 31/01/2014 à 31H20
  • Namours le 16/04/2012 à 16H15
  • Alex10 le 08/04/2012 à 08H22
  • mina1694 le 10/03/2012 à 10H10
  • Brice64 le 30/01/2012 à 30H19
  • 150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit