Aristote et la justice

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Aristote: Langage et vérité Bergson: Langage et vérité >>
Partager

Sujet : Aristote et la justice

Aristote et la justice

justice Aristote  Aristote Telle est la nature de l'équitable, qui est un correctif de la loi là où elle se montre insuffisante en raison de son caractère général. Tout ne peut être réglé par la loi. En voici la raison : pour certaines choses, on ne peut établir de loi, par conséquent, il faut un décret. En effet, pour tout ce qui est indéterminé, la règle ne peut donner de détermination précise, au contraire de ce qui se passe dans l'architecture à Lesbos*, avec la règle de plomb ; cette règle, qui ne reste pas rigide, peut épouser les formes de la pierre ; de même les décrets s'adaptent aux circonstances particulières. On voit ainsi clairement ce qu'est l'équitable, que l'équitable est juste et qu'il est supérieur à une certaine sorte de juste. On voit par là avec évidence ce qu'est aussi l'homme équitable : celui qui choisit délibérément une telle attitude et la pratique ; celui qui n'est pas trop pointilleux, au sens péjoratif, sur le juste, mais qui prend moins que son dû tout en ayant la loi de son côté, est un homme équitable, et cette disposition est l'équité, qui est une forme de justice et non une disposition différente.
   Aristote

Aristote procède en deux temps.
 
 Tout d'abord, il montre les limites de la loi.
 
 Elle ne peut pas tout régler, car elle est par définition générale, et les cas sont particuliers et changeants. Il fait à ce propos une comparaison avec l'architecture : la règle des maçons peut mesurer les courbes. Elle sert d'illustration pour montrer ce qu'est un décret. Celui-ci particularise la généralité de la loi, qui est donc comparée à une règle droite. L'équitable permet ainsi une meilleure réalisation de la justice.
 
 Puis, Aristote en déduit la nature de l'homme équitable : c'est un état d'esprit qui consiste à éviter les excès. L'homme équitable n'est pas rigoriste, il sait faire la part des choses et peut prendre moins que ce qui lui revient, sans pour autant se porter préjudice.
 

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "Aristote et la justice" a obtenu la note de :
aucune note

Corrigé consulté par :
  • July30100 le 20/04/2011 à 20H20
  • Marine7438 le 17/10/2008 à 17H13
  • Aristote et la justice

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit