Aristote: Syllogisme et sophisme

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Aristote Aristote >>
Partager

Sujet : Aristote: Syllogisme et sophisme

Aristote: Syllogisme et sophisme

Syllogisme Aristote sophisme Aristote Puisqu'il n'est pas possible d'apporter dans la discussion les choses elles-mêmes, mais qu'au lieu des choses nous devons nous servir de leurs noms comme de symboles, nous supposons que ce qui se passe dans les noms se passe aussi dans les choses, comme dans le cas des cailloux qu'on rapporte au compte. Or, entre noms et choses, il n'y a pas ressemblance complète : les noms sont en nombre limité, ainsi que la pluralité des définitions, tandis que les choses sont infinies en nombre. Il est, par suite, inévitable que plusieurs choses soient signifiées et par une même définition et par un seul et même nom. Par conséquent, de même que, dans l'exemple ci-dessus, ceux quine sont pas habiles à manipuler leurs cailloux sont trompés par ceux qui savent s'en servir, ainsi en est-il pour les arguments : ceux qui n'ont aucune expérience de la vertu significative des noms font de faux raisonnements, à la fois en discutant eux-mêmes et en écoutant les autres. Aristote
   Aristote
  • thèse exposée dans le texte

Les arguments sophistiques sont des parasyllogismes (syllogismes apparents) fondés sur l'ambiguïté des mots.

  • argumentation

► Les mots sont des signes (symboles).
► Il ne peut y avoir adéquation parfaite du langage au réel.
► Les faux raisonnements reposent sur la polysémie ou l'homonymie des mots. (En fait selon Aristote, les sophistes usent de l'homonymie, de l'amphibologie, de la prosodie, de la combinaison, de la division et de la forme même des mots.) Ex. : Tout ce qui est rare est cher, un cheval bon marché est rare, donc un cheval bon marché est cher. Pour d'autres exemples de sophismes, cf. YEuthydème de Platon.

  • enjeu du texte

• Problèmes :
— de la définition des lois permettant le bon usage du langage (cf. la Logique d'Aristote) ;
— de la création d'une « langue rigoureuse » susceptible d'éliminer les faux raisonnements. (Remarque : Aristote ne s'est-il pas fait prendre lui-même au piège du langage, en prenant par exemple les catégories propres au grec pour des genres de l'être ?)
• Problème de la sophistique comme instrument politique.

sophisme   Syllogisme

1) Par nécessité, nous usons de mots, qui sont des symboles des choses (= des signes).
 2) Il ne peut y avoir adéquation parfaite du langage au réel (car ces symboles sont en nombre limités, non les choses).
 3) Il y aura donc une polysémie ou une homonymie des mots.
 4) Cette polysémie et cette homonymie peuvent conduire à de faux raisonnements (parasyllogismes) volontaires (emploi sophistique du langage) ou involontaires.

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "Aristote: Syllogisme et sophisme" a obtenu la note de :
aucune note

Corrigé consulté par :
  • zaaanzi le 16/10/2011 à 16H14
  • Aristote: Syllogisme et sophisme

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit