Arthur SCHOPENHAUER (1788-1860)

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Arthur SCHOPENHAUER (1788-1860): Histoire et ... Arthur SCHOPENHAUER (1788-1860) >>
Partager

Sujet : Arthur SCHOPENHAUER (1788-1860)

Arthur SCHOPENHAUER (1788-1860)

SCHOPENHAUER Arthur (1788 Arthur La satisfaction, le bonheur, comme l'appellent les hommes, n'est au propre et dans son essence rien que de négatif ; en elle, rien de positif. Il n'y a pas de satisfaction qui, d'elle-même et comme de son propre mouvement, vienne à nous ; il faut qu'elle soit la satisfaction d'un désir. Le désir, en effet, la privation, est la condition préliminaire de toute jouissance. Or, avec la satisfaction cesse le désir, et par conséquent la jouissance aussi. Donc la satisfaction, le contentement, ne sauraient être qu'une délivrance à l'égard d'une douleur, d'un besoin ; sous ce nom, il ne faut pas entendre en effet seulement la souffrance effective, visible, mais toute espèce de désir qui, par son importunité, trouble notre repos, et même cet ennui qui tue, qui nous fait de l'existence un fardeau. Maintenant, c'est une entreprise difficile d'obtenir, de conquérir un bien quelconque ; pas d'objet qui ne soit séparé de nous par des difficultés, des travaux sans fin ; sur la route, à chaque pas, surgissent des obstacles. Et la conquête une fois faite, l'objet atteint, qu'a-t-on gagné ? rien assurément, que de s'être délivré de quelque souffrance, de quelque désir, d'être revenu à l'état où l'on se trouvait avant l'apparition de ce désir. Le fait immédiat pour nous, c'est le besoin tout seul, c'est-à-dire la douleur. Pour la satisfaction et la jouissance, nous ne pouvons les connaître qu'indirectement ; il nous faut faire appel au souvenir de la souffrance, de la privation passées, qu'elles ont chassées tout d'abord. Voilà pourquoi les biens, les avantages qui sont actuellement en notre possession, nous n'en avons pas une vraie conscience, nous ne les apprécions pas ; il nous semble qu'il n'en pouvait être autrement ; et en effet, tout le bonheur qu'ils nous donnent, c'est d'écarter de nous certaines souffrances. Il faut les perdre, pour en sentir le prix ; le manque, la privation, la douleur, voilà la chose positive, et qui sans intermédiaire s'offre à nous. Telle est encore la raison qui nous rend si douce la mémoire des malheurs surmontés par nous : besoin, maladie, privation, etc. ; c'est en effet notre seul moyen de jouir des biens présents. Ce qu'on ne saurait méconnaître non plus, c'est qu'en raisonnant ainsi, en égoïste (l'égoïsme, au reste, est la forme même de la volonté de vivre), nous goûtons une satisfaction, un plaisir du même ordre, au spectacle ou à la peinture des douleurs d'autrui ; Lucrèce l'a dit en de beaux vers, et bien nettement, au début de son second livre. Arthur SCHOPENHAUER (1788-1860)
1860)   Arthur

Problématique

La vie, pour Schopenhauer, oscille entre la souffrance et l'ennui. Le désir condamne l'homme à la souffrance, car il est sans fin. Chaque être vivant est déterminé dans son existence par la chaîne de ses désirs. La satisfaction que l'existence peut procurer résulte toujours d'une frustration première. Sans elle, il n'y aurait pas de bonheur possible.

Enjeux.

Désirer vivre, c'est désirer souffrir. Telle est l'équation de Schopenhauer. Si l'homme veut accéder à une authentique liberté, il ne peut le faire qu'en renonçant à la vie. Pour se faire, il doit rompre la chaîne de ses désirs qui l'attache à ses représentations.

 

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "Arthur SCHOPENHAUER (1788-1860)" a obtenu la note de :
aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé
Corrigé consulté par :
  • Laaaaurene-213785 le 29/09/2013 à 29H18
  • cam743 le 21/03/2012 à 21H18
  • zaoulette le 02/01/2012 à 02H13
  • Quentin69846 le 13/04/2011 à 13H16
  • Nathanaelle51950 le 10/05/2010 à 10H23
  • Arthur SCHOPENHAUER (1788-1860)

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit