Auguste COMTE et l'individualisme

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Auguste COMTE Auguste COMTE: Les gouvernants voudraient fai ... >>
Partager

Sujet : Auguste COMTE et l'individualisme

COMTE Auguste individualisme Auguste Le positivisme n'admet jamais que des devoirs, chez tous envers tous. Car son point de vue toujours social ne peut comporter aucune notion de droit, constamment fondée sur l'individualité. Nous naissons chargés d'obligations de toute espèce, envers nos prédécesseurs, nos successeurs, et nos contemporains. Elles ne font ensuite que se développer ou s'accumuler avant que nous puissions rendre aucun service. Sur quel fondement humain pourrait donc s'asseoir l'idée de droit, qui supposerait raisonnablement une efficacité préalable ? Quels que puissent être nos efforts, la plus longue vie bien employée ne nous permettra jamais de rendre qu'une portion imperceptible de ce que nous avons reçu. Ce ne serait pourtant qu'après une restitution complète que nous serions dignement autorisés à réclamer la réciprocité des nouveaux services. Tout droit humain est donc absurde autant qu'immoral. Auguste COMTE
   Auguste

 

            Ce texte d’Auguste Comte, extrait de Catéchisme positiviste, Dixième Entretien, nous interroge sur la place du droit, son fondement, son sens et sa valeur à l’aune de la conception positiviste de la société. C’est donc une critique virulente que Comte produit contre la notion de droit qui s’oppose au social. Cette opposition recoupe celle de l’individu et du créancier contre celle sociale du débiteur. En ce sens, il est possible de percevoir trois moments principaux dans ce texte : la dichotomie entre le positivisme et le droit (1ère partie : du début du texte à « constamment fondée sur l'individualité »), la remise en cause du fondement du droit (2nd partie : de Nous naissons chargés d'obligations de. toute espèce, envers nos prédécesseurs »), enfin, à travers la thématique de la dette envers notre passé, l’absurdité immorale du droit (3ème partie : de « Quels que puissent être nos efforts », à la fin du texte). C’est suivant ces trois moments que nous entendons rendre compte du texte.

 

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "Auguste COMTE et l'individualisme" a obtenu la note de :
aucune note

Corrigé consulté par :
  • Dianecooper-236764 le 20/04/2014 à 20H20
  • flicka1000-226544 le 05/01/2014 à 05H23
  • daniela-219707 le 09/11/2013 à 09H20
  • pierre-217855 le 31/10/2013 à 31H16
  • Kellilou le 20/05/2012 à 20H21
  • Auguste COMTE et l'individualisme

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit