LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< BACHELARD BACHELARD >>
Partager

Sujet : BACHELARD et la pensée objective.

pensée BACHELARD objective. BACHELARD Il suffit que nous parlions d'un objet pour nous croire objectifs. Mais par notre premier choix, l'objet nous désigne plus que nous le désignons et ce que nous croyons nos pensées fondamentales sur le monde, ne sont que des confidences sur la jeunesse de notre esprit. Parfois nous nous émerveillons devant un objet élu ; nous accumulons les hypothèses et les rêveries ; nous formons ainsi des convictions qui ont l'apparence d'un savoir. Mais la source initiale est impure : l'évidence première n'est pas une vérité fondamentale. En fait, l'objectivité scientifique n'est possible que si on a d'abord rompu avec l'objet immédiat, si on a refusé la séduction du premier choix, si l'on a arrêté et contredit les pensées qui naissent de la première observation. Toute objectivité, dûment vérifiée, dément le premier contact avec l'objet. Elle doit d'abord tout critiquer : la sensation, le sens commun, la pratique même la plus constante, l'étymologie, enfin, car le verbe, qui est fait pour chanter et séduire, rencontre rarement la pensée. Loin de s'émerveiller, la pensée objective doit ironiser. Sans cette vigilance malveillante, nous ne prendrons jamais une attitude objective.BACHELARD
   BACHELARD

Que signifie « l'objet nous désigne plus que nous ne le désignons » ?

Pourquoi la source initiale est-elle « im-pure » ? De quelle « source » s'agit-il ?

« Nous accumulons les hypothèses et les rêveries » : s'agit-il d'hypothèses « scientifiques » ?

Une conviction est-elle nécessairement un « savoir » ? De quel « type » de savoir s'agit-il ici ?

Pourquoi doit-on rompre (pour être objectif) avec l'objet immédiat ? Pourquoi d' « abord » ? Qu'est-ce que « l'objet immédiat » ?

Que signifie ici « ironiser » ? Comment justifier ici l'emploi de ce terme ? Pourquoi cette opposition « s'émerveiller-ironiser » et la valorisation de la dernière attitude (pour la recherche de la connaissance objective) ?

Pourquoi le terme « malveillante » ?

L' « attitude » à prendre pour chercher l'objectivité est-elle en continuité ou en rupture avec nos attitudes « non-scientifiques » de rapport avec « les objets » ?

A partir de ce questionnement peut-on dès lors dégager l'intérêt philosophique de ce texte ?

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "BACHELARD et la pensée objective." a obtenu la note de :

5.8 / 10

Corrigé consulté par :
  • Chamore-247938 le 19/11/2014 à 19H13
  • Fq25-243540 le 06/10/2014 à 06H11
  • lucilelg-226924 le 08/01/2014 à 08H17
  • gamzelimel-222715 le 01/12/2013 à 01H17
  • moi-174761 le 07/06/2012 à 07H11
  • 150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit