Baruch Spinoza: La superstition est-elle déraisonnable ?

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< René Descartes: La raison est-elle la chose d ... Weil: La société se confond-elle avec la comm ... >>
Partager

Sujet : Baruch Spinoza: La superstition est-elle déraisonnable ?

Baruch Spinoza: La superstition est-elle déraisonnable ?

Spinoza Baruch superstition Baruch Si les hommes avaient le pouvoir d'organiser les circonstances de leur vie au gré de leurs intentions, ou si le hasard leur était toujours favorable, ils ne seraient pas en proie à la superstition. Mais on les voit souvent accules à une situation si difficile, qu'ils ne savent plus quelle résolution prendre; en outre, comme leur désir immodéré des faveurs capricieuses du sort les ballotte misérablement entre l'espoir et la crainte, ils sont en général très enclins à la crédulité [...). Si, par exemple, pendant que la frayeur les domine, un incident quelconque leur rappelle un bon ou mauvais souvenir, ils y voient le signe d'une issue heureuse ou malheureuse; pour cette raison et bien que l'expérience leur en ait donné cent fois le démenti, ils parlent.. d'un présage soit heureux, soit funeste. Enfin, si un spectacle insolite les frappe d'étonnement, ils croient être témoins d'un prodige manifestant la colère ou des Dieux, ou de la souveraine Déité ; dès lors, à leurs yeux d'hommes superstitieux et irréligieux, ils seraient perdus s'ils ne conjuraient le destin par des sacrifices et des voeux solennels. Ayant forgé ainsi d'innombrables fictions, ils interprètent la nature en termes extravagants, comme si elle délirait avec eux.
elle déraisonnable  Baruch

 • Que signifie « fortune e ici ?
• A quelle(s) condition(s) selon Spinoza les hommes « ne seraient jamais prisonniers de la superstition » ?
Pourquoi « toutes », « toujours » ?
• Pourquoi les hommes ont-ils « très naturellement l'âme encline à la plus extême crédulité » ?
Que signifie ici « naturellement » ?
• En raison de quoi Spinoza affirme-t-il que « cela » « nul ne l'ignore » ?
• Que signifie ici « la plupart s'ignorent eux-mêmes » ?
• En quoi la « remarque, en outre » ajoute-t-elle à l'argumentation précédente de Spinoza ?
• Pourquoi Spinoza note-t-il « bien que cent fois trompés » ?
• Que signifie dans le texte « maintenant » ?
• Que signifie exactement « de la sorte » dans le texte ?
• Les recherches indiquées précédemment étant menées, est-il possible de dégager la problématique du texte proposé ?
Est-ce qu'il s'agit de savoir à quelles conditions les hommes ne seraient jamais prisonniers de la superstition ?
S'agit-il de connaître quand et comment l'on écoute les conseils (même les plus « ineptes ») ?
S'agit-il de rendre compte de ce que « les hommes » voient partout le miracle quand ils interprètent la nature ?
Si l'on répond positivement à cette dernière question, en quoi les questions précédentes sont-elles « liées » à la réponse à la dernière question et à la façon de se la poser ?
• A partir de là dégager « l'intérêt philosophique du texte », apprécier l'intérêt de l'objet de la réflexion de Spinoza et la façon dont elle est menée.

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "Baruch Spinoza: La superstition est-elle déraisonnable ?" a obtenu la note de :

5.3 / 10

Corrigé consulté par :
  • zzaurore89zz le 04/11/2011 à 04H14
  • silver25 le 16/05/2011 à 16H23
  • ophelie.leguen le 04/03/2011 à 04H13
  • Nathalie30 le 10/01/2011 à 10H16
  • biche le 10/12/2010 à 10H20
  • Baruch Spinoza: La superstition est-elle déraisonnable ?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit
    Podcast philo