Bergson: Turner, Corot and Co !

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Bergson: Conscience et Inconscience Feuerbach: Conscience et sentiment de soi >>
Partager

Sujet : Bergson: Turner, Corot and Co !

Bergson: Turner, Corot and Co !

Turner Bergson Corot Bergson A quoi vise l'art, sinon à nous montrer, dans la nature et dans l'esprit, hors de nous et en nous, des choses qui ne frappaient pas explicitement nos sens et notre conscience ? Le poète et le romancier qui expriment un état d'âme ne le créent certes pas de toutes pièces ; ils ne seraient pas compris de nous si nous n'observions pas en nous, jusqu'à un certain point, ce qu'ils nous disent d'autrui. Au fur et à mesure qu'ils nous parlent, des nuances d'émotion et de pensée nous apparaissent qui pouvaient être représentées en nous depuis longtemps, mais qui demeuraient invisibles : telle l'image photographique qui n'a pas encore été plongée dans le bain où elle se révélera. Le poète est ce révélateur. Mais nulle part la fonction de l'artiste ne se montre aussi clairement que dans celui des arts qui fait la plus large part à l'imitation, je veux dire la peinture. Les grands peintres sont des hommes auxquels remonte une certaine vision des choses qui est devenue ou qui deviendra la vision de tous les hommes. Un Corot, un Turner, pour ne citer que ceux-là, ont aperçu dans la nature bien des aspects que nous ne remarquions pas. - Dira-t-on qu'ils n'ont pas vu, mais créé, qu'ils nous ont livré des produits de leur imagination, que nous adoptons leurs inventions parce qu'elles nous plaisent et que nous nous amusons simplement à regarder la nature à travers l'image que les grands peintres nous en ont tracée? - C'est vrai dans une certaine mesure ; mais, s'il en était uniquement ainsi, pourquoi dirions-nous de certaines oeuvres - celles des maîtres - qu'elles sont vraies? Où serait la différence entre le grand art et la pure fantaisie? Approfondissons ce que nous éprouvons devant un Turner ou un Corot : nous trouverons que, si nous les acceptons et les admirons, c'est que nous avions déjà perçu quelque chose de ce qu'ils nous montrent. Mais nous avions perçu sans apercevoir. C'était, pour nous, une vision brillante et évanouissante, perdue dans la foule de ces visions également brillantes, également évanouissantes, qui se recouvrent dans notre expérience usuelle (...) et qui constituent, par leur interférence réciproque, la vision pâle et décolorée que nous avons habituellement des choses. Le peintre l'a isolée ; il l'a si bien fixée sur la toile que, désormais, nous ne pourrons nous empêcher d'apercevoir dans la réalité ce qu'il y a vu lui-même. Bergson, La pensée et le mouvant
   Bergson

Un urinoir accroché au mur, à l'envers. Une toile toute bleue. Ou toute blanche. Ou juste une pointe de couleur. Des œuvres d'art ? ... Cent métronomes se mettant en marche simultanément et s'arrêtant lentement. Des portes qui grincent... durant 20 minutes. De la musique ? ... Un homme pendu par les pieds à une chaîne, se balançant avec une tronçonneuse, défonçant un piano à queue suspendu à ses côtés, et recevant, durant cette performance, des bassines de sang. Une représentation artistique ? ... On le dit. On parle d'art contemporain. Mais on a parfois du mal à le croire. S'agit-il vraiment d'art ? Cet homme suspendu à sa chaîne serait le nouveau Sophocle ? Duchamp, Mondrian, Soulages, les Michel-Ange de notre siècle ? Schoënberg, Boulez, Dusapin, nos Mozart ? On hésitera. Certains s'indigneront même. Les œuvres que nous venons d'évoquer ne sont en rien des œuvres d'art, diront-ils ? Il s'agit de provocation, d'abus de confiance, de dérision, mais pas d'art. Que répondre ? Force est de constater que nombreux sont ceux qui pensent différemment. Nombreux ceux qui louent l'art moderne aussi fort que l'art de la Renaissance italienne. Qui considèrent la musique de Xénakis‚ les mobiles de Calder‚ les performances, tout autant que Bach, Le Bernin‚ Anouilh. A qui donner raison dans ces conditions ? On ne sait trop. Ou plutôt, on sait que la seule solution serait de pouvoir définir l'art lui-même. Si l'on pouvait déterminer ce qui relève de l'art et ce qui n'en relève art, trouver le critère de démarcation, les débats seraient vite clos. Mais est-ce possible ? Est-il concevable que l'on réponde à la question : qu'est-ce qu'une œuvre d'art ? On en doutera probablement.
 Pourtant Bergson ne recule pas devant la difficulté. C'est bien à cette question qu'il se propose de répondre dans notre texte. « A quoi vise l'art ? », demande-t-il. Question rhétorique et quelque peu ambiguë. Mais le texte l'éclaire. Il s'agit de dire la fonction de l'art, des œuvres qu'il produit. Bergson pense que ces œuvres ont une fonction qui les distingue de tous les autres objets, une fonction qui explique qu'on ne puisse pas tout confondre.
 En quoi consiste cette fonction ? La réponse proposée par Bergson peut se formuler ainsi : l'œuvre d'art a pour fonction de nous faire voir ce que nous n'apercevons pas explicitement, l'art est un révélateur.
 

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "Bergson: Turner, Corot and Co !" a obtenu la note de :
aucune note

Corrigé consulté par :
  • Leea48223 le 25/04/2010 à 25H14
  • Bergson: Turner, Corot and Co !

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit