Berkeley: Philonous et Hylas

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Nietzsche: l'oubli, condition de la vie heure ... La cité idéale chez PLATON >>
Partager

Sujet : Berkeley: Philonous et Hylas

Philonous Berkeley Hylas Berkeley Berkeley: Philonous et Hylas
   Berkeley

Berkeley n'accepte pas la distinction entre qualités premières objectives (l'espace) et qualités secondes subjectives (sons, couleurs, odeurs).
 Son « idéalisme » est radical. Pour lui, la matière n'existe pas et le monde se réduit à des états de conscience, à des images dans l'esprit, à des «idées».
 D'abord il n'existe pas pour Berkeley d'espace «en soi», objectif. L'espace n'est pas comme dans le réalisme scolastique un « sensible commun », perçu de la même manière par la vue et le toucher, donc réel. Il y a deux espaces distincts : un espace visuel, relatif au sens de la vue, qui n'a que deux dimensions (un aveugle-né, disait Berkeley, à qui on rendrait la vue n'aurait aucune notion de la distance des objets, du relief), un espace tactile, relatif au sens du toucher (c'est l'exploration tactile qui me révèle les distances des objets). Donc pas d'espace objectif mais deux espaces subjectifs, l'un défini par les impressions visuelles, l'autre par les impressions tactiles.

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "Berkeley: Philonous et Hylas" a obtenu la note de :
aucune note

Berkeley: Philonous et Hylas

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit