Auguste COMTE: Le positivisme n'admet jamais que des devoirs

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Auguste COMTE Husserl: Le sens du monde >>
Partager

Sujet : Auguste COMTE: Le positivisme n'admet jamais que des devoirs

COMTE Auguste positivisme Auguste Le positivisme n'admet jamais que des devoirs, chez tous envers tous. Car son point de vue toujours social ne peut comporter aucune notion de droit, constamment fondée sur l'individualité. Nous naissons chargés d'obligations de. toute espèce, envers nos prédécesseurs, nos successeurs, et nos contemporains. Elles ne font ensuite que se développer ou s'accumuler avant que nous puissions rendre aucun service. Sur quel fondement humain pourrait donc s'asseoir l'idée de droit, qui supposerait raisonnablement une efficacité préalable ? Quels que puissent être nos efforts, la plus longue vie bien employée ne nous permettra jamais de rendre qu'une portion imperceptible de ce que nous avons reçu. Ce ne serait pourtant qu'après une restitution complète que nous serions dignement autorisés à réclamer la réciprocité des nouveaux services. Tout droit humain est donc absurde autant qu'immoral. Auguste COMTE
admet jamais devoirs Auguste

ordre des idées

1) Une position fondamentale : le Positivisme (= le système philosophique d'A. Comte) ne reconnaît pour chacun que des devoirs et aucun droit.

2) Justification de cette position :
a) L'homme est un être fondamentalement social : il est tout ce qu'il est dans la société et grâce à elle. Tout homme a donc des devoirs envers :
— ses prédécesseurs (qui ont construit sa société) ;
— ses contemporains (qui la maintiennent et la développent).
b) Pour pouvoir exiger d'autrui la satisfaction de ses droits (s'il en avait), chaque individu devrait d'abord s'être acquitté de tous ses devoirs envers autrui. Or la dette de l'homme envers autrui, c'est-à-dire envers la société, étant infinie, aucun individu ne serait jamais en état exiger d'elle qu'elle respecte ses droits.
c) Conclusion : l'idée de droit est absurde (elle suppose en effet que l'homme est une individualité absolue) et immorale .

 

Corrigé non disponible

Le corrigé du sujet "Auguste COMTE: Le positivisme n'admet jamais que des devoirs" a obtenu la note de :
aucune note

Corrigé consulté par :
  • Olivier54539 le 20/01/2010 à 20H16
  • Anne49226 le 20/01/2010 à 20H08
  • quentin54383 le 19/01/2010 à 19H18
  • Sandra54219 le 18/01/2010 à 18H18
  • duchemin53954 le 17/01/2010 à 17H13
  • Auguste COMTE: Le positivisme n'admet jamais que des devoirs

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit