LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Bachelard: L'opinion constitue-t-elle un obst ... Nietzsche: La vérité est-elle un concept néce ... >>
Partager

Sujet : Descartes: Est-il nécessaire de douter pour connaître ?

nécessaire Descartes douter Descartes 1. Que pour examiner la vérité il est besoin, une fois en sa vie, de mettre toutes choses en doute, autant qu'il se peut. Comme nous avons été enfants avant que d'être hommes, et que nous avons jugé tantôt bien et tantôt mal des choses qui se sont présentées à nos sens, lorsque nous n'avions pas encore l'usage entier de notre raison, plusieurs jugements ainsi précipités nous empêchent de parvenir à la connaissance de la vérité, et nous préviennent de telle sorte qu'il n'y a point d'apparence que nous puissions nous en délivrer, si nous n'entreprenons de douter, une fois en notre vie, de toutes les choses où nous trouverons le moindre soupçon d'incertitude. 2. Qu'il est utile aussi de considérer comme fausses toutes les choses dont on peut douter. Il sera même fort utile que nous rejetions comme fausses toutes celles où nous pouvons imaginer le moindre doute, afin que, si nous en découvrons quelques-unes qui, nonobstant cette précaution, nous semblent manifestement vraies, nous fassions état qu'elles sont aussi très certaines, et les plus aisées qu'il est possible de connaître. 3. Que nous ne devons point user de ce doute pour la conduite de nos actions. Cependant il est à remarquer que je n'entends point que nous nous servions d'une façon de douter si générale, sinon lorsque nous commençons à nous appliquer à la contemplation de la vérité. Car il est certain qu'en ce qui regarde la conduite de notre vie, nous sommes obligés de suivre bien souvent des opinions qui ne sont que vraisemblables, à cause que les occasions d'agir en nos affaires se passeraient presque toujours, avant que nous pussions nous délivrer de tous nos doutes. Et lorsqu'il s'en rencontre plusieurs de telles sur un même sujet, encore que nous n'apercevions peut-être pas davantage de vraisemblance aux unes qu'aux autres, si l'action ne souffre aucun délai, la raison veut que nous en choisissions une, et qu'après l'avoir choisie, nous la suivions constamment, de même que si nous l'avions jugée très certaine.
pour connaître  Descartes

C’est un texte programmatique auquel nous avons à faire ici : l’auteur nous décrit les trois étapes que nous devons respecter pour prétendre, semble-t-il à une méthode de raisonnement satisfaisante, pour les exigences de l’esprit et celles de la vie quotidienne.

 

I.                    La table rase

La première étape est le préalable de tout raisonnement : il faut « mettre toutes choses en doute ». On appellera cette démarche le doute hyperbolique. Mais il faut le faire « une fois en sa vie ». Cette indication est importante parce que l’on se rend compte que c’est une étape circonscrite dans le temps, fondatrice du raisonnement : s’il fallait tout le temps tout remettre en doute alors nous serions des sceptiques. Mais nous partons du fait que nous devons adopter une attitude qui nous permette d’avancer dans la vérité. Il faut donc que ce doute hyperbolique soit un moment circonscrit mais total : il faut le faire autant qu’il se peut. L’argument qui permet à Descartes d’affirmer la nécessité de cette étape, c’est qu’arrivé à un certain âge de la vie, nous disposons d’un corpus de jugements, que nous prenons pour des connaissance. Le problème de ce corpus, c’est que nous l’avons constitué au fil du temps, et qu’au moment où nous avons formé certains de ces jugements, nous faisions un usage approximatif de notre raison : nous étions enfants. Mais il n’est pas possible d’effectuer un tri entre nos jugements vrais et nos jugements faux : ils sont trop nombreux et nous n’avons pas de critère nous permettant de juger de nos jugements. Il est donc nécessaire de faire table rase de ce corpus pour repartir à neuf : sur une page vierge, il est plus facile d’écrire juste que de corriger un texte plein de fautes.

 

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "Descartes: Est-il nécessaire de douter pour connaître ?" a obtenu la note de :
aucune note

Corrigé consulté par :
  • clemb02 le 15/10/2011 à 15H15
  • laurencez le 24/09/2011 à 24H15
  • plern le 13/02/2011 à 13H21
  • Dominique23257 le 12/11/2010 à 12H19
  • 150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit