Epicure

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Epicure Epicure >>
Partager

Sujet : Epicure

Epicure

 Epicure  Epicure Parmi nos désirs, les uns sont naturels et les autres vains. Parmi les désirs naturels, il y en a qui sont nécessaires, et d'autres dont l'objet n'est que naturel, sans être nécessaires. Parmi les nécessaires, il y en a qui regardent notre bonheur, d'autres la tranquillité continue du corps, d'autres enfin l'entretien de la vie. Une théorie exacte de ces désirs sait ce qu'il faut fuir ou rechercher pour la santé du corps et pour la paix de l'âme : deux choses qui constituent tout notre bonheur. Car tout ce que nous faisons dans la vie se rapporte à ces deux points : écarter la souffrance et atteindre la tranquillité de l'âme. Quand nous les avons atteints, il n'y a plus en nous de trouble ni d'agitations : l'être vivant n'a rien de plus à acquérir ni à rechercher pour compléter son bien-être. Nous ne ressentons le besoin du plaisir que quand la privation nous cause quelque douleur. Dès que nous ne sommes plus remués par cette douleur, nous n'avons plus de désirs. C'est pour cela que nous disons que le plaisir est le commencement et la fin du bonheur de la vie : c'est le plaisir qui a été reconnu comme bien principal et conforme à notre nature. C'est du plaisir qu'il faut partir pour déterminer ce qu'il faut rechercher ou fuir [...]. Quoique tout plaisir soit un bien en soi, parce qu'il convient à notre nature, il y a cependant des plaisirs qu'il faut se refuser. De même, quoique toute douleur soit un mal en soi, il y a cependant des douleurs qu'il faut embrasser. C'est à la raison à considérer la nature des choses, à peser les avantages et les inconvénients. Epicure
   Epicure

 

Selon la nature, le désir est limité : seule l'âme est susceptible de déraisonner, et non le corps. Il faut donc, pour atteindre le bonheur défini par l'ataraxie (absence de troubles), distinguer les désirs et leur donner la satisfaction qu'ils méritent en revenant à la mesure définie par la nature.

La classification opérée par Épicure dégage trois grandes familles de désirs :
– Les désirs naturels et nécessaires tendent à l'apaisement d'une douleur. Leur satisfaction est vitale mais aisée, et elle produit l'équilibre du corps, donc de l'âme également. Les désirs naturels peuvent être nécessaires à la vie même (faim, soif, etc.), au bien-être du corps (vêtements, abris, etc.) ou au bonheur (philosophie, amitié).
– Les désirs naturels mais non nécessaires (« simplement naturels ») font varier la volupté, mais doivent être l'objet d'un usage modéré. Ce sont principalement le désir sexuel et le désir de contempler des belles choses, c'est-à-dire le désir esthétique.
– Les désirs ni naturels ni nécessaires sont les désirs « vains » qui détruisent toujours l'équilibre du corps et de l'âme, car étant illimités par nature, ils ne sont susceptibles ni d'un usage modéré ni d'une satisfaction possible. Il s'agit avant tout du désir d'immortalité, mais aussi du désir de gloire et autres passions sociales.

 

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "Epicure" a obtenu la note de :
aucune note

Corrigé consulté par :
  • neskouik-255627 le 01/03/2015 à 01H21
  • seb211-227957 le 16/01/2014 à 16H19
  • Florence46939 le 14/01/2013 à 14H15
  • IonIonSuuperstar le 26/11/2010 à 26H11
  • JackOffJill le 28/09/2010 à 28H15
  • Epicure

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit