FREUD

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< FREUD FREUD >>
Partager

Sujet : FREUD

FREUD

 FREUD  FREUD Si, en nous plaçant d'un point de vue biologique, nous considérons maintenant la vie psychique, le concept de « pulsion » nous apparaît comme un concept-limite entre le psychique et le somatique, comme le représentant psychique des excitations, issues de l'intérieur du corps et parvenant au psychisme, comme une mesure de l'exigence de travail qui est imposée au psychique en conséquence de sa liaison au corporel. Nous pouvons maintenant discuter quelques termes qui sont utilisés en rapport avec le concept de pulsion, comme : poussée, but, objet, source de la pulsion. Par poussée d'une pulsion on entend le facteur moteur de celle-ci, la somme de force ou la mesure d'exigence de travail qu'elle représente. Le caractère « poussant » est une propriété générale des pulsions, et même l'essence de celles-ci. Toute pulsion est un morceau d'activité ; quand on parle, d'une façon relâchée, de pulsions passives, on ne peut rien vouloir dire d'autre que pulsions à but passif. Le but d'une pulsion est toujours la satisfaction, qui ne peut être obtenue qu'en supprimant l'état d'excitation la source de la pulsion Mais, quoique ce but final reste invariable pour chaque pulsion, diverses voies peuvent mener au même but final, en sorte que différents buts, plus proches ou intermédiaires, peuvent s'offrir pour une pulsion ; ces buts se combinent ou s'échangent les uns avec les autres. L'expérience nous autorise aussi à parler de pulsions « inhibées quant au but », dans les cas de processus pour lesquels une certaine progression dans la voie de la satisfaction pulsionnelle est tolérée, mais qui, ensuite, subissent une inhibition ou une dérivation. On peut supposer que même de tels processus ne vont pas sans une satisfaction partielle. L'objet de la pulsion est ce en quoi ou par quoi la pulsion peut atteindre son but. Il est ce qu'il y a de plus variable dans la pulsion, il ne lui est pas originairement lié : mais ce n'est qu'en raison de son aptitude particulière à rendre possible la satisfaction qu'il est adjoint. Ce n'est pas nécessairement un objet étranger, mais c'est tout aussi bien une partie du corps propre. Il peut être remplacé à volonté tout au long des destins que connait la pulsion ; c'est à ce déplacement de la pulsion que revient rôle le plus important. Il peut arriver que le même objet serve simultanément à la satisfaction de plusieurs pulsions : c'est le cas de ce qu'Alfred Adler appelle l'entrecroisement des pulsions. Lorsque la liaison de la pulsion à l'objet est particulièrement intime, nous la distinguons par le terme de fixation. Elle se réalise souvent dans les périodes du tout début du développement de la pulsion et met fin à la mobilité de celle-ci en résistant intensément à toute dissolution. Par source de la pulsion, on entend le processus somatique qui est localisé dans un organe ou une partie du corps et dont l'excitation est représentée dans la vie psychique par la pulsion. Nous ne savons pas si ce processus est strictement de nature chimique ou s'il peut aussi correspondre à une libération d'autres forces, mécaniques par exemple. l'étude des sources pulsionnelle déborde le champs de la psychologie. FREUD
   FREUD

HTML clipboard <!-- p.MsoNormal {mso-style-parent:""; margin-bottom:.0001pt; font-size:12.0pt; font-family:"Times New Roman","serif"; margin-left:0cm; margin-right:0cm; margin-top:0cm} h1 {margin-bottom:.0001pt; text-align:justify; page-break-after:avoid; font-size:12.0pt; font-family:"Times New Roman","serif"; margin-left:0cm; margin-right:0cm; margin-top:0cm} p.MsoBodyText {margin-bottom:.0001pt; text-align:justify; font-size:12.0pt; font-family:"Times New Roman","serif"; margin-left:0cm; margin-right:0cm; margin-top:0cm} --> La philosophie s’est beaucoup intéressé au concept du désir et au lien entre le corps et l’esprit. Le désir est en effet considéré comme rattachement au corps et Platon remarquait déjà que «  Le corps nous remplit d’amour, de désirs[…] si bien, que comme on dit, il nous ôte vraiment et réellement toute possibilité de penser » (Le phédon) Cela a bien sûr était jugé très négativement, comme le montre le jeu de mots des pythagoriciens entre soma( corps) et sema( tombeau). Pourtant, Freud dépasse le concept du désir. Même s’il en parle de temps à autre, il le délaisse au profit de la notion de pulsion qui prend une place centrale dans l’appareil psychique. Pour introduire sa théorie des pulsions, Freud développe les différentes tâches des instances qui constituent le psychisme de l’individu. Dans la première topique, en 1900 dans Interprétation des rêves, Freud définit de manière spatiale l’appareil psychique en le décomposant en inconscient, pré-conscient et conscience. Le premier est opposé aux deux autres par une barrière, la censure qui y retient ce qui ne peut être accepté par la conscience. L’inventeur de la psychanalyse révise cette tripartition très rigide et revoie les différentes instances. Freud identifie en effet trois principes dans sa seconde topique : le ça, le sur-moi et le moi. On ne peut pas identifier clairement ce qui est inconscient et ce qui est conscient. Ainsi, par exemple, le moi est en partie conscient et en grande partie inconscient. Le ça est le réservoir pulsionnel, dominé par le principe de plaisir. Il amène donc le sujet à chercher toujours la satisfaction, à trouver l’objet de la pulsion. Le ça est ancré dans l’inconscient et est contrebalancé par le sur-moi, intégration des interdits parentaux et sociaux. Le moi, lui, essaie de faire le tampon entre les deux autres principes contradictoires. Pourtant, le ça lui est totalement inconscient. Ces trois instances forment le cadre de l’appareil psychique qui tente de réduire au minimum les tensions qui surviennent par conflit des pulsions. Ces dernières semblent prendre leur origine dans le ça. Mais quelles sont les particularités de la pulsion ? Ne peut-on pas penser que la pulsion est un instinct ? Freud semble bien distinguer les deux concepts. L’instinct est bien présent chez tous, de manière universelle, telle que la pulsion. Cependant, l’instinct est un comportement prédéterminé et rigide. Ce qui ne semble pas être le cas pour la pulsion. Comment fonctionne alors la pulsion ? Quel est son rôle chez l’individu ? Freud s’attache dans ce texte à donner des précisions sur les pulsions en nous livrant une définition mais aussi quatre critères déterminants : origine, poussée, but et objet

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "FREUD" a obtenu la note de :

8 / 10

Corrigé consulté par :
  • Ceeline8789 le 27/02/2009 à 27H20
  • FREUD

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit