Freud et l'interdit du meurtre

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Sartre et le cubisme Aristote: Monnaie et commerce >>
Partager

Sujet : Freud et l'interdit du meurtre

Freud et l'interdit du meurtre

interdit Freud meurtre Freud Ce fondement rationnel de l'interdit du meurtre, nous ne le communiquons pas, mais nous affirmons que c'est Dieu qui a édicté l'interdit. [...] En procédant ainsi, nous revêtons l'interdit culturel d'une solennité toute particulière, non sans risquer par là de faire dépendre son observance de la croyance en Dieu. Si nous revenons sur cette démarche, n'imputant plus notre volonté à Dieu et nous contentant de fonder socialement l'interdit culturel, nous avons certes renoncé à le transfigurer, mais nous avons du même coup évité de le mettre en danger. Mais nous gagnons aussi autre chose. Par une sorte de diffusion ou d'infection, ce caractère du sacré, de l'inviolable, de l'au-delà, pourrait-on dire, propre à quelques rares grands interdits, s'est étendu à tous les autres dispositifs, lois et décrets culturels. Mais ces derniers, bien souvent, portent mal l'auréole du sacré, non seulement parce qu'ils se dévaluent eux-mêmes mutuellement en prenant des décisions opposées en fonction du temps et du lieu, mais aussi parce qu'ils arborent par ailleurs tous les signes de la déficience humaine. [...] il y aurait un indubitable avantage à laisser Dieu tout à fait hors du jeu et à admettre honnêtement l'origine purement humaine de tous les dispositifs et prescriptions culturels. En même temps que le caractère sacré revendiqué par les commandements et lois, tomberaient aussi leur rigidité et leur immutabilité. Les hommes pourraient comprendre que ceux-ci sont créés non pas tant pour les dominer que bien plutôt pour servir leurs intérêts, ils établiraient avec eux un rapport plus amical, se fixeraient pour but, au lieu de les abolir, de seulement les améliorer. Sigmund Freud, L'Avenir d'une illusion (1927)
   Freud

1 Quelle est la thèse principale du texte et le fil directeur de l'argumentation de l'auteur ?
 
 2 Quel est le seul avantage reconnu par Freud au fondement religieux des lois sociales ? Quels inconvénients le contrebalancent ?
 
 3 Inversement, quels avantages Freud voit-il à reconnaître l'origine humaine des prescriptions morales et sociales ?
 
 4 Trouvez des exemples de grands principes de vie universellement valables. Quelle en est la finalité ?
 
 5 Trouvez aussi des exemples d'interdictions ou d'obligations moins fondamentales, variables selon les époques et les pays, et montrez-en les imperfections. À quelle finalité non avouée obéissent-elles souvent ?
 

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "Freud et l'interdit du meurtre" a obtenu la note de :

10 / 10

Corrigé consulté par :
  • gwennys-217735 le 30/10/2013 à 30H22
  • thoritech-196992 le 22/01/2013 à 22H16
  • eric111-196832 le 21/01/2013 à 21H16
  • yannversterren-17564 le 17/06/2012 à 17H23
  • diotime7 le 21/01/2012 à 21H17
  • Freud et l'interdit du meurtre

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit