FREUD: Le moi n'est pas maitre dans sa propre maison.

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< FREUD: l'hypothèse d'un animique inconscient FREUD: Le commandement de ne pas tuer >>
Partager

Sujet : FREUD: Le moi n'est pas maitre dans sa propre maison.

FREUD: Le moi n'est pas maitre dans sa propre maison.

maitre FREUD dans FREUD Tu te comportes comme un souverain absolu, qui se contente des renseignements que lui apportent les hauts fonctionnaires de sa cour, et qui ne descend pas dans la rue pour écouter la voix du peuple. Entre en toi-même, dans tes profondeurs et apprends d'abord à te connaître, alors tu comprendras pourquoi tu dois devenir malade, et tu éviteras peut-être de le devenir. » C'est ainsi que la psychanalyse a voulu instruire le moi. Mais ces deux élucidations, à savoir que la vie pulsionnelle de la sexualité en nous ne peut être domptée entièrement, et que les processus psychiques sont en eux-mêmes inconscients, ne sont accessibles au moi et ne sont soumis à celui-ci que par le biais d'une perception incomplète et peu sûre, reviennent à affirmer que le moi n'est pas maître dans sa propre maison. FREUD
propre maison.  FREUD

Freud va être amené à concevoir que bon nombre de maladies, mais aussi d’actes quotidiens s’expliquent si l’on admet l’hypothèse de l’inconscient. Il y aurait en nous un « réservoir » de forces et de désirs (ou pulsions) dont nous n’aurions pas conscience, mais qui agiraient sur nous.. Pour le dire brutalement, en ce sens, l’homme n’agirait pas (ne choisirait pas ses actes e toute connaissance de cause, dans la clarté), mais serait agi (c’est-à-dire subirait, malgré lui, des forces le contraignant à agir) : il ne serait pas « maître dans sa propre maison », il ne serait pas maître de lui.

Empruntons à Freud un exemple simple. Un président de séance, à l’ouverture dit « Je déclare la séance fermée » au lieu de dire « Je déclare la séance ouverte ». Personne ne peut se  méprendre sur ses sentiments ; il préférerait ne pas être là. Mais ce désir (ne pas assister au colloque) ne peut s’exprimer directement, car il heurterait la politesse, les obligations sociales, professionnelles, morales du  sujet. Notre président subit donc deux forces contraires : l’une parfaitement en accord avec les obligations conscientes, l’autre qui ne l’est pas et qui ne  peut s’exprimer  directement, ouvertement. Il y a donc conflit, au sein du même homme, entre un désir conscient, conforme aux normes morales et un autre désir plus « gênant ». Or, dans notre exemple, ce second désir, malgré la volonté de politesse du président, parvient à s’exprimer, mais de façon détournée, anodine : on dira que « sa langue a fourché ».

 

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "FREUD: Le moi n'est pas maitre dans sa propre maison." a obtenu la note de :
aucune note

Corrigé consulté par :
  • cam-245809 le 03/11/2014 à 03H19
  • Alexwar95-232291 le 02/03/2014 à 02H18
  • Happ-231216 le 17/02/2014 à 17H18
  • MiissMariina le 16/03/2012 à 16H13
  • Lilou25 le 14/11/2011 à 14H17
  • FREUD: Le moi n'est pas maitre dans sa propre maison.

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit