FREUD et le principe de plaisir

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< FREUD: Le moi n'est pas maître dans sa propre ... FREUD >>
Partager

Sujet : FREUD et le principe de plaisir

FREUD et le principe de plaisir

principe FREUD plaisir FREUD On le voit, c'est simplement le principe du plaisir qui détermine le but de la vie, qui gouverne dès l'origine les opérations de l'appareil psychique : aucun doute ne peut subsister quant à son utilité, et pourtant l'univers entier [...] cherche querelle à son programme. On serait tenté de dire qu'il n'est point entré dans le plan de la "Création" que l'homme soit "heureux". Ce qu'on nomme bonheur, au sens le plus strict, résulte d'une satisfaction plutôt soudaine de besoins ayant atteint une haute tension, et n'est possible de par sa nature que sous forme de phénomène épisodique. Toute persistance d'une situation qu'a fait désirer le principe de plaisir n'engendre qu'un bien-être assez tiède ; nous sommes ainsi faits que seul le contraste est capable de nous dispenser une jouissance intense. FREUD
   FREUD

Tous les hommes recherchent le bonheur, disait déjà Aristote. Mais que recherchent-ils sous ce mot ? Dons un constat qui peut paraître pessimiste, Freud montre que l'idée même d'un état de satisfaction durable est contradictoire, puisqu'elle ne peut résulter que de changements successifs.
 
 Problématique.
 

 Les hommes sont gouvernés par le principe de plaisir, tendance qui les pousse à chercher le plaisir et à fuir la douleur. Ainsi, le désir est la manifestation d'une tension psychique, et le plaisir est la disparition de cette tension, qui procure l'apaisement. Dès lors, le schéma psychologique désir-plaisir ne peut pas rendre compte de l'idée philosophique de bonheur, qui pourrait bien, de ce fait, n'être qu'une illusion.
 
 Enjeux.
 

 Freud définit le bonheur comme un état de satisfaction qui par là ressemble au plaisir. Or, les sagesses antiques, tout comme Spinoza, voyaient dans la béatitude un état de contentement de l'âme qui, s'il peut en effet s'appuyer sur la positivité de plaisirs riches et alternés, les dépasse cependant en les intégrant dans une expérience de conscience plus large, associée à une attitude contemplative.

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "FREUD et le principe de plaisir" a obtenu la note de :
aucune note

Corrigé consulté par :
  • anixz-235745 le 07/04/2014 à 07H18
  • NINIDEL-200860 le 14/09/2013 à 14H17
  • despitalian le 10/01/2012 à 10H09
  • despitalian31 le 09/01/2012 à 09H22
  • raphaelgb6 le 30/09/2011 à 30H21
  • FREUD et le principe de plaisir

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit