HOBBES

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< HOBBES: Les enfants sont fidèles à leur règle ... HOBBES: athéisme et superstition >>
Partager

Sujet : HOBBES

HOBBES

 HOBBES  HOBBES Nous trouvons... dans la nature humaine trois principales causes de discorde: tout d'abord, la Compétition ; en second lieu, la Défiance ; et, en troisième lieu, la Gloire. La première pousse les hommes à s'attaquer en vue du Gain, la seconde en vue de la Sécurité, et la troisième en vue de la Réputation. La Compétition fait employer la Violence pour se rendre Maître de la personne des autres, de leurs femmes, de leurs enfants, de leurs troupeaux ; la Défiance la fait employer pour se défendre ; la Gloire pour des riens : en un mot, un sourire, une différence d'opinion, un autre signe quelconque de dépréciation dirigée directement contre Soi ou indirectement contre sa Famille, ses Amis, son Pays, sa Profession ou son Nom. Hors des États Civils il y a perpétuellement Guerre de chacun contre chacun. Il est donc ainsi manifeste que, tant que les hommes vivent sans une Puissance commune qui les maintienne tous en crainte, ils sont dans cette condition que l'on appelle Guerre, et qui est la guerre de chacun contre chacun. La GUERRE ne consiste pas seulement en effet dans la bataille ou dans le fait d'en venir aux mains, mais elle existe tout le temps que la volonté de se battre est suffisamment avérée ; la notion de Temps est donc à considérer dans la nature de la Guerre, comme elle l'est dans la nature du Beau et du Mauvais Temps. Car, de même que la nature du Mauvais Temps ne réside pas seulement dans une ou deux averses, mais dans une tendance à la pluie pendant plusieurs jours consécutifs, de même la nature de la Guerre ne consiste pas seulement dans le fait actuel de se battre, mais dans une disposition reconnue à se battre pendant tout le temps qu'il n'y a pas assurance du contraire. HOBBES
   HOBBES

L'homme n'est pas né apte à la société («De Cive», 1, 2). Cette thèse risque d'être mal comprise parce que le mot société peut désigner aujourd'hui le simple fait que des hommes vivent ensemble, soient rassemblés. Pour sa part, Hobbes distingue ce qui relève de la vie en groupe (latin, congressus, anglais, meeting) et ce qui relève de la société (latin, societas, anglais, society). Une société réunit des associés ou des alliés (latin, socii). Elle suppose des relations pacifiques instituées grâce à des conventions. Comme l'analyse va démontrer que la paix et les conventions ne sont effectives que dans une société politique (civitas, societas civilis), il est parfois difficile de distinguer société et société civile : Hobbes peut d'un même mouvement refuser que l'homme soit un animal sociable et un animal politique.
 Les hommes ne sont pas des animaux solitaires : par contrainte naturelle, ils cherchent à vivre ensemble, « car les enfants pour vivre, et les adultes pour bien vivre, ont besoin de l'aide des autres» («De Cive», 1, 2, note). Ce désir naturel du rassemblement (congressus) explique que «nous ne voyons personne vivre en dehors de la société » (Ibid.). On désire seulement se rassembler, mais cela ne va pas sans un minimum de bonne entente. Par nécessité naturelle, les hommes inventent des sociétés.

Corrigé non disponible

Le corrigé du sujet "HOBBES" a obtenu la note de :
aucune note

Corrigé consulté par :
  • Moun45808 le 15/11/2009 à 15H22
  • HOBBES

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit