HOBBES

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< HOBBES HOBBES >>
Partager

Sujet : HOBBES

HOBBES

 HOBBES  HOBBES L'universalité d'un même nom donné à plusieurs choses est cause que les hommes ont cru que ces choses étaient universelles elles-mêmes, et ont soutenu sérieusement qu'outre Pierre, Jean et le reste des hommes existants qui ont été ou qui seront dans le monde il devait encore y avoir quelque autre chose que nous appelons l'homme en général ; ils se sont trompés en prenant la dénomination générale ou universelle pour la chose qu'elle signifie. En effet lorsque quelqu'un demande à un peintre de lui faire la peinture d'un homme ou de l'homme en général, il ne lui demande que de choisir tel homme dont il voudra tracer la figure, et celui-ci sera forcé de copier un des hommes qui ont été, qui sont ou qui seront, dont aucun n'est homme en général. Mais lorsque quelqu'un demande à ce peintre de lui peindre le Roi ou toute autre personne particulière, il borne le peintre à représenter uniquement la personne dont il a fait choix. Il est donc évident qu'il n'y a rien d'universel que les noms, qui pour cette raison sont appelés indéfinis, parce que nous ne les limitons point nous-mêmes, et que nous laissons à celui qui nous entend la liberté de les appliquer, au lieu qu'un nom particulier est restreint à une seule chose parmi le grand nombre de celles qu'il signifie, comme il arrive lorsque nous disons cet homme en le montrant ou en le désignant sous le nom qui lui est propre. HOBBES
   HOBBES

Le langage nous permet de désigner les choses, et en cela il est un mode d’accès aux choses. C’est en nommant les choses que nous les connaissons, d’une certaine manière, puisque nous pouvons ainsi associer un objet, un individu, une action ou toute autre chose à un terme du langage. A cet état de fait, le philosophe Thomas Hobbes ne semble pas se dérober. En revanche, il soulève dans ce texte un problème inhérent à la complexité du langage humain. Puisque le langage nomme toutes choses, des noms sont par conséquent attribués à des généralités, ce que l’auteur nomme des « choses universelles ». Or est-il possible de connaître des choses universelles ? A-t-on accès à l’être même d’une chose, autrement dit à son essence, dès lors que nous pouvons la nommer ? C’est la question à laquelle tente de répondre l’auteur dans ces lignes, en étudiant la façon dont la langue organise l'expérience vécue et distingue les significations. Nous verrons comment se déploie son argumentation qui vise à démontrer que l'universalité d'un nom qui se rapporte à une classe de choses ayant des points communs ne signifie en aucun cas que l'universalité existe au sein des choses elles-mêmes.

 

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "HOBBES" a obtenu la note de :
aucune note

Corrigé consulté par :
  • SarahLespinasse-2466 le 05/11/2014 à 05H17
  • Plop5618 le 05/10/2008 à 05H08
  • HOBBES

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit