Hobbes et le nominalisme

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Montaigne: Qui est un Barbare ?! Hobbes: République et passions >>
Partager

Sujet : Hobbes et le nominalisme

Hobbes et le nominalisme

nominalisme Hobbes  Hobbes "Les noms des choses qui ont la propriété de nous affecter, c'est-à-dire de celles qui nous procurent du plaisir ou du déplaisir, ont, dans la conversation courante des hommes, une signification changeante parce que tous les hommes ne sont pas affectés de la même façon par la même chose, ni le même homme à des moments différents. Etant donné en effet que tous les noms sont donnés pour signifier nos représentations et que toutes nos affections ne sont rien d'autre que des représentations, lorsque nous avons des représentations différentes des mêmes choses, nous ne pouvons pas facilement éviter de leur donner des noms différents. Car même si la nature de ce que nous nous représentons est la même, il reste que la diversité des façons que nous avons de la recueillir, diversité qui est fonction de la différence de constitution de nos corps et des préventions de notre pensée, donne à chaque chose une teinture de nos différentes passions. C'est pourquoi, lorsqu'ils raisonnent, les hommes doivent prendre garde aux mots, lesquels ont aussi, au delà de la signification de ce que nous imaginons leur être propre, une signification renvoyant à la nature, à la disposition et à l'intérêt de celui qui parle; tels sont les noms des vertus et des vices : car un homme appelle sagesse ce qu'un autre appelle crainte; et l'un appelle cruauté ce qu'un autre appelle justice; l'un prodigalité ce qu'un autre appelle magnificence; l'un gravité ce qu'un autre appelle stupidité, etc. Il en résulte que de tels noms ne peuvent jamais être les véritables fondements d'aucune espèce de raisonnement. Les métaphores et les figures du discours ne le peuvent pas davantage : mais elles sont moins dangereuses parce qu'elles professent leur caractère changeant, ce que ne font pas les autres noms." Hobbes, Le léviathan, Hobbes
   Hobbes

HTML clipboardNous jugeons du bien et du mal en fonction de nos passions. Or, ces passions diffèrent d’un homme à un autre. Ce que l’un trouve bien, l’autre peut le trouver mal. Les noms ne signifient pas la même chose pour tout le monde. Il est donc dans le domaine moral impossible de se mettre vraiment d’accord sur le sens des mots, chacun y projette ces propres passions. Le vocabulaire est responsable de nombreux malentendus au niveau de l'information et de la communication. S’en suit alors des conséquences. Là où on était d'accord, on constate que cela ne marche plus parce qu’on n'avait pas compris les mots de la même façon, ou encore la où on ne parvenait pas à se comprendre, on constate qu'en fait on voulait dire la même chose. D'autre part, on utilise des mots connotés pour décrire autre chose que le contexte dans lequel ces mots sont utilisés. Cela entraîne une ambiguïté fondamentale due à un abus de lexique. Les exemples les plus frappants se rencontrent en politique. Nous comprenons à travers ce texte qu’il est donc difficile pour l’homme de surmonter ce handicap du langage.

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "Hobbes et le nominalisme" a obtenu la note de :
aucune note

Corrigé consulté par :
  • prettyreckless le 07/05/2011 à 07H13
  • mel78 le 06/04/2011 à 06H13
  • Hobbes et le nominalisme

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit