LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< David HUME: De l'origine de la religion David HUME: Mouvement et billes de billard (o ... >>
Partager

Sujet : David HUME: Méchanceté et Bonté

HUME David Méchanceté David Il est certain qu'aucune inclination de l'esprit humain n'a à la fois une force suffisante et une orientation appropriée pour contrebalancer l'amour du gain et changer les hommes en membres convenables de la société, en faisant qu'ils s'interdisent les possessions d'autrui. La bienveillance à l'égard de ceux qui nous sont étrangers est trop faible pour cette fin; quant aux autres passions, elles attisent plutôt cette avidité, quand nous observons que plus étendues sont nos possessions, plus grande est notre capacité de satisfaire tous nos appétits. Il n'y a, par conséquent, aucune passion susceptible de contrôler le penchant intéressé, si ce n'est ce penchant lui-même, par une modification de son orientation. Or, la moindre réflexion doit nécessairement donner lieu à cette modification, puisqu'il est évident que la passion est beaucoup mieux satisfaite quand on la réfrène que lorsqu'on la laisse libre, et qu'en maintenant la société, nous favorisons beaucoup plus l'acquisition de possessions qu'en nous précipitant dans la condition de solitude et d'abandon qui est la conséquence inévitable de la violence et d'une licence universelle. Par conséquent, la question portant sur la méchanceté ou sur la bonté de la nature humaine n'entre pas du tout en ligne de compte dans cette autre question portant sur l'origine de la société, ni non plus il n'y a à considérer autre chose que les degrés de sagacité ou de folie des hommes. Car, que l'on estime vicieuse ou vertueuse la passion de l'intérêt personnel, c'est du pareil au même, puisque c'est elle-même, seule, qui le réfrène : de sorte que, si elle est vertueuse, les hommes deviennent sociaux grâce à leur vertu; si elle est vicieuse, leur vice a le même effet. David HUME
Bonté   David

Exposé de la difficulté : l'amour du gain, qui pousse chacun à convoiter les possessions d'autrui, semble une passion si forte qu'on ne parvient pas à imaginer quel contrepoids permettrait de « changer les hommes en membres convenables de la société ». Solution du problème : c'est en fait « ce penchant lui-même » qui devra être mis au service de l'unité sociale, « par une modification de son orientation » que Hume précise.

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "David HUME: Méchanceté et Bonté" a obtenu la note de :

7 / 10

Corrigé consulté par :
  • Morgane83-225001 le 21/12/2013 à 21H11
  • Chris59 le 24/04/2012 à 24H20
  • othnis19 le 18/04/2012 à 18H19
  • arthurvladimir1 le 18/04/2012 à 18H15
  • jade1919 le 14/04/2012 à 14H12
  • 150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit