LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< HUSSERL: Contemplation esthétique >>
Partager

Sujet : HUSSERL et l'essence de la géométrie.

essence HUSSERL géométrie. HUSSERL Le géomètre, lorsqu'il trace au tableau ses figures, forme des traits qui existent en fait sur le tableau qui lui-même existe en fait. Mais, pas plus que le geste physique de dessiner, l'expérience de la figure dessinée, en tant qu'expérience, ne fonde aucunement l'intuition et la pensée qui portent sur l'essence géométrique. C'est pourquoi il importe peu qu'en traçant ces figures il soit ou non halluciné et qu'au lieu de dessiner réellement il projette ses lignes et ses constructions dans un monde imaginaire. Il en est autrement du savant dans les sciences de la nature. Il observe et expérimente ; autrement dit, il constate par expérience une existence ; pour lui l'expérience est l'acte sur lequel tout le reste se fonde et que la simple fiction ne peut jamais remplacer. C'est précisément pourquoi sciences du fait et sciences de l'expérience sont des concepts équivalents. Mais pour le géomètre qui explore non des réalités mais des « possibilités idéales », non des états de choses propres à la réalité mais des états de choses propres aux essences, l'intuition des essences est, à la place de l'expérience, l'acte qui fournit les ultimes fondements. Husserl
   HUSSERL

• Quelle est l'idée directrice du texte ? Il faut distinguer les sciences de la nature, qui sont des sciences du fait, dont le fondement est l'expérience, et les sciences géométriques, mais aussi les mathématiques en général, qui portent sur des essences et sont donc des sciences éidétiques (du grec eidos, essence).
 • Le problème est de savoir si les mathématiques ont une base essentiellement empirique (ce que certaines démarches pourraient nous faire penser : après tout, ne visualisons-nous pas certaines figures géométriques ? Ne faisons-nous pas appel à l'intuition sensible ? Ne dessinons-nous pas un triangle ou un polygone sur le tableau ?) ou si leur fondement est idéal et se rapporte à une essence.
 • Ces lignes présentent la structure suivante :
 A. « Le géomètre [...] imaginaire » : en géométrie, le mathématicien
 ne fonde pas les objets dont il traite sur l'expérience sensible.
 B. « Il en est autrement [...] équivalents » : par opposition à la
 géométrie, les sciences de la nature fondent leurs objets sur cette expérience et sont des sciences de faits.
 C. « Mais [...] ultimes fondements » : la géométrie est une « science
 éidétique », fondée sur les essences.
 

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "HUSSERL et l'essence de la géométrie." a obtenu la note de :
aucune note

Corrigé consulté par :
  • Adeline43211 le 08/02/2010 à 08H20
  • Guillaume43516 le 07/02/2010 à 07H12
  • Mathias53227 le 11/01/2010 à 11H19
  • Brice19238 le 17/01/2009 à 17H17
  • 150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit