Jean-Paul SARTRE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Jean-Paul SARTRE: Liberté, invention et moral ... Jean-Paul SARTRE: L'humanisme existentialiste ... >>
Partager

Sujet : Jean-Paul SARTRE

Jean-Paul SARTRE

Paul Jean SARTRE Jean On m'a reproché de demander si l'existentialisme est un humanisme. On m'a dit : mais vous avez écrit dans La Nausée que les humanistes avaient tort, vous vous êtes moqué d'un certain type d'humanisme, pourquoi y revenir à présent ? En réalité, le mot humanisme a deux sens très différents. Par humanisme on peut entendre une théorie qui prend l'homme comme fin et comme valeur supérieure. Il y a humanisme en ce sens chez Cocteau, par exemple, quand dans son récit Le Tour du monde en 80 heures, un personnage déclare, parce qu'il survole des montagnes en avion : l'homme est épatant. Cela signifie que moi, personnellement, qui n'ai pas construit les avions, je bénéficierais de ces inventions particulières, et que je pourrais, en tant qu'homme, me considérer comme responsable et honoré par des actes particuliers à quelques hommes. Cela supposerait que nous pourrions donner une valeur à l'homme d'après les actes les plus hauts de certains hommes. Cet humanisme est absurde, car seul le chien ou le cheval pourraient porter un jugement d'ensemble sur l'homme et déclarer que l'homme est épatant, ce qu'ils n'ont garde de faire, à ma connaissance tout au moins. Mais on ne peut admettre qu'un homme puisse porter un jugement sur l'homme. L'existentialiste le dispense de tout jugement de ce genre : l'existentialiste ne prendra jamais l'homme comme fin, car il est toujours à faire. Et nous ne devons pas croire qu'il y a une humanité à laquelle nous puissions rendre un culte, à la manière d'Auguste Comte. Jean-Paul SARTRE
   Jean

Cet extrait de l’Existentialisme est un humanisme de Sartre se définit comme une défense de l’humanisme sartrien donc de sa redéfinition et que l’explication critique de sa cohérence en référence à la seconde compréhension de l’humanisme – béate et absurde – qu’il récuse. Dès lors, la double détente du texte est claire. Sous le motif d’expliquer la cohérence de sa démarche et de sa pensée, Sartre met en concurrence deux conceptions de l’humanisme suivant deux définitions antagonistes tout en montrant l’absence de sens et de valeur de cette compréhension de l’humanisme comme glorification de l’homme. Dès lors on peut remarquer une articulation ternaire du texte : le retour à l’humanisme (1ère partie : du début du texte à « Par humanisme on peut entendre une théorie qui prend l'homme comme fin et comme valeur supérieure »), l’illustration critique de cet humanisme combattu (2nd partie : de « Il y a humanisme en ce sens chez Cocteau, par exemple, quand dans son récit Le Tour du monde en 80 heures » à « Cela supposerait que nous pourrions donner une valeur à l'homme d'après les actes les plus hauts de certains hommes ») ; enfin, la mise en exergue de son absurdité et le refus d’un culte de l’homme (3ème partie : de « Cet humanisme est absurde, car seul le chien ou le cheval pourraient porter un jugement d'ensemble sur l'homme » à la fin de l’extrait). C’est suivant ces trois moments que nous entendons rendre compte du texte.

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "Jean-Paul SARTRE" a obtenu la note de :
aucune note

Corrigé consulté par :
  • Nonokofun-221136 le 29/04/2014 à 29H23
  • Lol52092 le 08/07/2010 à 08H00
  • Sophie53057 le 10/01/2010 à 10H19
  • martine4194 le 05/12/2009 à 05H12
  • Moad41159 le 20/10/2009 à 20H00
  • Jean-Paul SARTRE

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit