KANT

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< KANT KANT: La liberté est inaliénable. >>
Partager

Sujet : KANT

 KANT  KANT De même que l'on peut dire des plantes (par exemple, des pommes de terre) et des animaux domestiques, dans la mesure où, du point de vue de leur abondance, ils constituent l'oeuvre de l'homme, qu'on est en droit de les utiliser, de les exploiter et de les consommer (de les faire abattre), de même, semble-t-il, on pourrait dire aussi du pouvoir suprême de l'État, du souverain, qu'il a le droit de mener ses sujets, qui sont, pour la plus grande part, son propre produit, à la guerre comme à une chasse et à une bataille rangée comme à une partie de plaisir. En fait, ce principe juridique possède certes une validité en ce qui concerne les animaux, lesquels peuvent être une propriété de l'homme, mais ne peut en revanche en aucune manière s'appliquer à l'homme, notamment en tant que citoyen, lequel doit toujours être considéré dans l'État comme un membre qui participe à l'activité législatrice (non seulement comme moyen, mais en même temps aussi comme fin en soi) et doit donc donner son libre consentement, par l'intermédiaire de ses représentants, non seulement à la guerre en général, mais aussi à chaque déclaration de guerre particulière - condition limitative sous laquelle seulement l'État peut disposer de lui pour ce périlleux service. KANT
   KANT

Introduction :

Le texte de Kant est construit sur une analogie : il établit une comparaison entre le pouvoir que l’homme est susceptible d’exercer sur les animaux ou les plantes et le pouvoir que l’Etat est capable d’avoir sur les hommes. L’ensemble de l’analyse consiste donc à nuancer cette apparente similitude de fonctionnement.

 

Développement :

Le passage commence par une exposition très imagée, créant ainsi l’impression que l’on va examiner des situations très concrètes. Il s’agit d’un procédé qui tente de partir de constats immédiats, relevant du sens commun, mais bientôt l’on comprend que cet appui n’est que le moyen de faire comprendre combien les ressemblances entre les situations sont artificieuses.  Si les animaux domestiques sont propriété de l’homme, non parce qu’ils ne s’appartiennent pas mais parce qu’ils ont été entièrement « créés » par l’homme pour sa propre satisfaction, on ne peut faire le même rapprochement en ce qui concerne les hommes au sein d’un Etat. Tout d’abord ce principe de propriété est annulé par le fait que l’Etat ne peut posséder un individu sans son plein gré. L’animal ou même la plante étant dépourvu du langage n’a pas moyen d’exprimer un mécontentement ou un rejet, ainsi la propriété se fait presque automatiquement puisqu’elle ne pose pas de question, elle s’impose à l’animal de fait.

 

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "KANT" a obtenu la note de :
aucune note

Corrigé consulté par :
  • bircan03-208038 le 08/05/2013 à 08H20
  • Antoine62739 le 29/03/2010 à 29H20
  • Marine61364 le 17/03/2010 à 17H14
  • KANT

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit