LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< KANT KANT >>
Partager

Sujet : KANT: Liberté de penser et autonomie

Liberté KANT penser KANT À la liberté de penser s'oppose en premier lieu la contrainte civile. On dit, il est vrai, que la liberté de parler ou d'écrire peut nous être ôtée par une puissance supérieure, mais non pas la liberté de penser. Mais penserions-nous beaucoup, et penserions-nous bien, si nous ne pensions pas pour ainsi dire en commun avec d'autres, qui nous font part de leurs pensées et auxquels nous communiquons les nôtres ? [...] En second lieu, la liberté de penser est prise au sens où elle s'oppose à la contrainte exercée sur la conscience. C'est là ce qui se passe lorsqu'en matière de religion en dehors de toute contrainte externe, des citoyens se posent en tuteurs à l'égard d'autres citoyens [...]. En troisième lieu, la liberté de penser signifie aussi que la raison ne se soumette à aucune autre loi que celle qu'elle se donne à elle-même. KANT
autonomie   KANT

Analyse.

·         Thème : Le thème est ici clairement donné : la liberté de penser. Nous pouvons considérer que ce terme regroupe l’ensemble des théories d’autonomie de la pensée : la liberté de pensée est l’affirmation de la possibilité pour l’homme de choisir par lui-même, en conscience.

·         Thèse. La thèse de Kant suit le principe de ce que nous venons de voir : la liberté de penser est la marque d’une autonomie pour l’homme .Autonomie de la raison avant tout, la liberté de penser se traduit aussi par une définition négative chez Kant : on voit avant tout ce qu’elle n’est pas, ou plutôt ce à quoi elle s’oppose, avant de parvenir à la thèse principale : la raison est libre, et ne se soumet qu’a ses propres lois. Telle est la liberté de penser selon l’auteur.

·         Enjeux.

o   Le premier enjeu de ce texte est de mettre en évidence la primauté de la raison dans la pensée. Il s’agit donc de poser comme principe premier de la liberté l’autonomie de la raison.

o   L’autre enjeu tiens aussi dans la négation des sphères civiles ou idéologiques quand à leur implication dans la liberté de penser. Autrement dit, Kant va démontrer que le libre penseur n’est pas sous influence. Dès lors que la censure ou la suggestion interviennent dans la pensée, nous ne pouvons plus parler d’autonomie de la raison, et de fait de liberté de penser.

·         Notions.

o   Liberté de penser. Ce texte est une définition, selon Kant, de ce qu’est la liberté de penser. La définition que nous pouvons en donner, hormis celle de Kant, c’est celle d’une attitude philosophique, qui consiste à refuser tout dogmatisme, qu’il soit religieux ou non. Etre un libre penseur consiste à ne se fier alors qu’a sa seule raison.

 

Problématisation.

Afin de définir la liberté de penser, Kant va passer par trois points de définition essentiels : les deux premiers consistent en une définition négative : ce qui n’est pas de la liberté de penser : contrainte civile et contrainte sur la conscience. L’affirmation tiens son sens dans le fait que toute contrainte, même si elle est acceptée de plein grès, s’oppose à la liberté. Le troisième point de définition est le seul qui pose un principe positif : l’autonomie de la raison.

 

« À la liberté de penser s'oppose en premier lieu la contrainte civile. On dit, il est vrai, que la liberté de parler ou d'écrire peut nous être ôtée par une puissance supérieure, mais non pas la liberté de penser. Mais penserions-nous beaucoup, et penserions-nous bien, si nous ne pensions pas pour ainsi dire en commun avec d'autres, qui nous font part de leurs pensées et auxquels nous communiquons les nôtres ? [...] En second lieu, la liberté de penser est prise au sens où elle s'oppose à la contrainte exercée sur la conscience. C'est là ce qui se passe lorsqu'en matière de religion en dehors de toute contrainte externe, des citoyens se posent en tuteurs à l'égard d'autres citoyens [...]. En troisième lieu, la liberté de penser signifie aussi que la raison ne se soumette à aucune autre loi que celle qu'elle se donne à elle-même. »

 

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "KANT: Liberté de penser et autonomie" a obtenu la note de :

8.5 / 10

Corrigé consulté par :
  • villardani-181346 le 23/02/2015 à 23H18
  • tmsmn-247704 le 16/11/2014 à 16H17
  • Thibzboubb-241939 le 10/09/2014 à 10H18
  • pierre1780-209211 le 15/05/2013 à 15H18
  • liaure34 le 24/02/2012 à 24H17
  • 150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit