Karl Heinrich MARX (1818-1883)

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Karl Heinrich MARX (1818-1883): Prolétariat e ... Karl Heinrich MARX: les "droits de l'homme" e ... >>
Partager

Sujet : Karl Heinrich MARX (1818-1883)

Karl Heinrich MARX (1818-1883)

Heinrich Karl MARX Karl Le fondement de la critique irréligieuse est : c'est l'homme qui fait la religion, ce n'est pas la religion qui fait l'homme. Certes, la religion est la conscience de soi et le sentiment de soi qu'a l'homme qui ne s'est pas encore trouvé lui-même, ou bien s'est déjà reperdu. Mais l'homme, ce n'est pas un être abstrait blotti quelque part hors du monde. L'homme, c'est le monde de l'homme, l'État, la société. Cet État, cette société produisent la religion, conscience inversée du monde, parce qu'ils sont eux-mêmes un monde à l'envers. La religion est la théorie générale de ce monde, sa somme encyclopédique, sa logique sous forme populaire, son point d'honneur spiritualiste, son enthousiasme, sa sanction morale, son complément solennel, sa consolation et sa justification universelles. Elle est la réalisation fantastique de l'être humain, parce que l'être humain ne possède pas de vraie réalité. Lutter contre la religion c'est donc indirectement lutter contre ce monde-là, dont la religion est l'arôme spirituel. La détresse religieuse est, pour une part, l'expression de la détresse réelle et, pour une autre, la protestation contre la détresse réelle. La religion est le soupir de la créature opprimée, l'âme d'un monde sans coeur, comme elle est l'esprit de conditions sociales d'où l'esprit est exclu. Elle est l'opium du peuple. L'abolition de la religion en tant que bonheur illusoire du peuple est l'exigence que formule son bonheur réel. Exiger qu'il renonce aux illusions sur sa situation c'est exiger qu'il renonce à une situation qui a besoin d'illusions. La critique de la religion est donc en germe la critique de cette vallée de larmes dont la religion s'auréole. La critique a dépouillé les chaînes des fleurs imaginaires qui les recouvraient, non pour que l'homme porte des chaînes sans fantaisie, désespérantes, mais pour qu'il rejette les chaînes et cueille les fleurs vivantes. Karl Heinrich MARX (1818-1883)
(1818 1883)  Karl

Pour Marx, la religion est une illusion qui permet aux classes opprimées de supporter leur existence difficile. À la différence des autres critiques de la religion tels Feuerbach, qui ne font qu'une analyse abstraite de l'aliénation qu'elle représente, Marx en rend compte par la situation concrète des individus.

Problématique.

Selon Marx, la conscience d'un individu est déterminée par ses conditions matérielles d'existence. La situation concrète difficile des classes opprimées permet d'expliquer l'aliénation que constitue la religion, car le croyant ignore ou oublie, dans l'espoir en une vie future et éternelle heureuse, la réalité de l'oppression qu'il subit. Critiquer la religion revient à lutter contre la situation sociale qui l'a fait naître.

Enjeux.

La religion est critiquable lorsqu'elle détourne les hommes de la prise de conscience de leur situation réelle sur terre. Elle apparaît alors comme l'alibi idéologique des puissants qui, en entretenant cette illusion, maintiennent les peuples dans une sorte d'anesthésie de l'esprit.

Corrigé non disponible

Le corrigé du sujet "Karl Heinrich MARX (1818-1883)" a obtenu la note de :
aucune note

Corrigé consulté par :
  • Lol52092 le 04/01/2010 à 04H22
  • Flo17034 le 03/01/2009 à 03H10
  • Karl Heinrich MARX (1818-1883)

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit