LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Saint Thomas d'Aquin: Dieu, cause efficiente ... Sören KIERKEGAARD (1813-1855): Socrate >>
Partager

Sujet : Sören KIERKEGAARD (1813-1855): Etre chrétien

KIERKEGAARD Sören (1813 Sören Subjectivement le fait d'être un chrétien se détermine de la façon suivante : la décision réside dans le sujet, l'appropriation est l'intériorité paradoxale qui est spécifiquement différente de toute autre intériorité. Etre chrétien n'est pas déterminé par le quoi du christianisme mais par le comment du chrétien. Ce commet ne peut s'adapter qu'à une chose, au paradoxe absolu. Il n'y a donc là aucun discours indéterminé, d'après quoi être chrétien signifierait accepter ceci et accepter cela et accepter de telle et telle façon, s'approprier, croire , s'approprier dans la foi de telle et telle façon (déterminations purement rhétoriques et fictives) : mais croire est une opération spécifiquement et nettement différente de toute autre assimilation et intériorité. La foi est, dans le scandale de l'absurde, l'incertitude objective maintenue fermement dans la passion de l'intériorité, laquelle passion est justement le rapport de l'intériorité à la plus haute puissance. Cette formule ne convient qu'un croyant et à nul autre, no à un amant, ni à un homme enthousiaste, ni à u penseur, mais uniquement au croyant qui se rapporte au paradoxe absolu. Il suit de là que la foi ne peut pas non plus être une fonction provisoire. Qui veut se représenter sa foi comme un moment aboli au sein d'une connaissance plus élevée, il a eo ipso cessé de croire. La foi ne peut pas se satisfaire avec l'incompréhensibilité ; car c'est justement le rapport avec l'incompréhensible, l'absurde (qui scandalise) qui est l'expression de la passion de la foi. Sören KIERKEGAARD (1813-1855)
1855) Etre chrétien Sören

C’est sur le terrain de la raison que la raison a raison et, s’il n’y a rien en dehors d’elle, elle est réponse à tout (« Tout le réel est rationnel et tout le rationnel est réel »). A tel point qu’elle ne pourrait tenter de se nier qu’en s’affirmant. Mais peut-elle rendre raison d’elle-même ? Le croire serait s’engager dans un processus de régression à l’infini, dont on ne peut sortir que par un saut hors de la raison… un acte de foi dans la raison… tout à fait irrationnel. Il n’y a pas de raison de la raison. Et si la raison trouve sa limite dans une réflexion sur son fondement, elle en rencontre une autre en se heurtant à l’existence. Kant avait bien montré que l’existence, absolue position d’une chose, échappe à toute démonstration, mais il persistait à aligner l’existence du sujet éthique sous l’universalité de la raison pratique (le devoir).

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "Sören KIERKEGAARD (1813-1855): Etre chrétien" a obtenu la note de :
aucune note

Corrigé consulté par :
  • melanosh le 07/03/2011 à 07H23
  • babeth le 16/02/2011 à 16H12
  • hdhg26004 le 11/03/2009 à 11H16
  • 150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit