LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< LEIBNIZ LEIBNIZ >>
Partager

Sujet : LEIBNIZ: Libre(arbitre et indifférence

Libre(arbitre LEIBNIZ indifférence LEIBNIZ Il ne faut pas s'imaginer que notre liberté consiste dans une indétermination ou dans une indifférence d'équilibre, comme s'il fallait être également incliné du côté du oui et du non, et du côté des différents partis, lorsqu'il y en a plusieurs à prendre. Cet équilibre en tous sens est impossible ; car si nous étions également portés pour les partis A, B et C, nous ne pourrions pas être également portés pour A et pour non A. Cet équilibre est aussi absolument contraire à l'expérience et, quand on s'examinera, l'on trouvera qu'il y a toujours eu quelque cause ou raison qui nous a incliné vers le parti qu'on a pris, quoique bien souvent on ne s'aperçoive guère pourquoi, en sortant d'une porte, on a mis le pied droit avant le gauche, ou le gauche avant le droit. LEIBNIZ
   LEIBNIZ

Etre indifférent, c’est n’être tenté ni par un côté ni par un autre, c’est risquer de mourir de faim et de soif, à l’image de l’âne de Buridan. Celui-ci meurt, en effet, parce qu’il n’a pas su si il fallait commencer par manger ou par boire. Autant dire que l’on ne saurait être réellement libre quand on est indifférent. D’ailleurs, c’est même impossible que d’être indifférent,  la fable de l’âne de Buridan ne fait pas preuve et ne saurait représenter le paradigme de la détermination de notre volonté.  La liberté, pour Leibniz, est affaire de détermination, de raison suffisante et non d’incertitude et donc d’indifférence. Mais comment concilier liberté et détermination sans tomber dans l’écueil de l’indifférence ? Telle est la question à laquelle répond le texte.

Pour Leibniz, le libre arbitre s’oppose à la contrainte, à l’ignorance et à l’erreur, qui réduisent ou suppriment la possibilité positive de faire ce que l’on veut. Il est  toujours motivé, même si la raison d’une inclination qui nous fait choisir entre deux partis n’est pas toujours manifeste. La liberté ou franc arbitre ne doit donc pas être confondue avec un pouvoir magique, elle s’enracine dans la spontanéité, non dans l’indifférence.

Nous verrons en premier lieu ce qu’est qu’être indifférent (de « Il ne faut pas (…) » à « (…) non A »

Ensuite, qu’au nom de la liberté, l’indifférence ne saurait exister (de « Cet équilibre (…) à « (…) ou le gauche avant le droit)

 

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "LEIBNIZ: Libre(arbitre et indifférence" a obtenu la note de :
aucune note

Corrigé consulté par :
  • Meelanie24431 le 26/02/2009 à 26H08
  • 150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit