LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Platon: L'opinion publique a-t-elle forcément ... Hobbes: Être libre, est-ce faire ce que nous ... >>
Partager

Sujet : Locke: Être libre consiste-t-il à s'affranchir des déterminismes ?

Être Locke libre Locke [...] Un homme venant à tomber dans l'eau, parce qu'un pont sur lequel il marchait s'est rompu sous lui, n'a point de liberté, et n'est pas un agent libre à cet égard. Car quoiqu'il (...) préfère ne pas tomber à nouveau, cependant comme il n'est pas en sa puissance d'empêcher ce mouvement, la cessation de ce mouvement ne suit pas sa volition ; c'est pourquoi il n'est point libre dans ce cas-là. Il en est de même d'un homme qui se frappe lui-même, ou qui frappe son ami, par un mouvement convulsif de son bras, qu'il n'est pas en son pouvoir d'empêcher ou d'arrêter par la direction de son esprit ; personne se s'avise de penser qu'un tel homme soit libre à cet égard, mais on le plaint comme agissant par nécessité et par contrainte. Autre exemple. Supposons qu'on porte un homme, pendant qu'il est dans un profond sommeil, dans une chambre où il y ait une personne qu'il lui tarde de voir (...) et que l'on ferme à clef la porte sur lui, de sorte qu'il ne soit pas en son pouvoir de sortir. Cet homme s'éveille et est charmé de se trouver avec une personne dont il souhaitait si fort la compagnie, et avec qui il demeure avec plaisir, aimant mieux être là avec elle dans cette chambre que d'en sortir pour aller ailleurs : je demande s'il ne reste pas volontairement dans ce lieu-là ? Je ne pense pas que personne s'avise d'en douter. Cependant, comme cet homme est enfermé à clef, il est évident qu'il n'est pas en liberté de ne pas demeurer dans cette chambre et d'en sortir s'il veut. Et par conséquent, la liberté n'est pas une idée qui appartienne (..) à la préférence que notre esprit donne à une action plutôt qu'à une autre, mais à la personne qui a la puissance d'agir ou de s'empêcher d'agir selon que son esprit se déterminera à l'un ou à l'autre de ces deux partis.
consiste affranchir déterminismes Locke

Être libre, est-ce seulement  faire ce que l’on veut ? En effet, si l’état dans lequel on se trouve coïncide avec l’état dans lequel on voudrait être, cela suffit-il pour dire que nous sommes libres et que c'est par l’effet de notre liberté que nous nous retrouvons dans cet état ? Locke, dans le livre II du tome 2 De l’entendement humain répond à cette question en essayant de montrer à travers trois exemples que l'homme n'est pas libre par rapport a l'acte de vouloir s'il n'a pas suspendu ses désirs avant que la volition de leur obéir apparaisse : tant que j’exécute directement mes désirs, sans les mettre en suspendre, je ne suis pas en mesure de savoir si je peux faire ce que je désire parce que je suis libre ou parce que l’action que j’ai choisi d’exécuter était le seule option qui s’offrait à moi. Locke parvient à construire sa thèse en s’appuyant sur trois exemples dont nous allons expliquer la portée. Le troisième exemple – le plus important – lui permet de conclure le texte en formulant sa thèse.

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "Locke: Être libre consiste-t-il à s'affranchir des déterminismes ?" a obtenu la note de :
aucune note

Corrigé consulté par :
  • toinette le 06/03/2011 à 06H19
  • Hisrch25822 le 09/03/2009 à 09H20
  • Jordina16699 le 04/03/2009 à 04H12
  • Ludivine21563 le 03/02/2009 à 03H17
  • Kjnbhg20815 le 30/01/2009 à 30H17
  • 150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit