MACHIAVEL

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< MACHIAVEL: Le Prince face à la Fortune et la ... MACHIAVEL >>
Partager

Sujet : MACHIAVEL

MACHIAVEL

 MACHIAVEL  MACHIAVEL Je dis que tout Prince doit grandement souhaiter d'être estimé pitoyable et non pas cruel ; néanmoins il doit bien prendre garde de n'appliquer mal cette miséricorde. César Borgia fut estimé cruel : toutefois sa cruauté a réformé toute la Romagne, la unie et réduite à la paix et fidélité. Ce que bien considéré, il se trouvera avoir été beaucoup plus pitoyable que le peuple florentin qui, pour éviter le nom de cruauté, laissa détruire Pistoïa. Le Prince, donc, ne se doit point soucier d'avoir le mauvais renom de cruauté pour tenir tous ses sujets en union et obéissance ; car, faisant bien peu d'exemples, il sera plus pitoyable que ceux qui, par être trop miséricordieux, laissent se poursuivre les désordres, desquels naissent meurtres et rapines ; car ceci nuit ordinairement à la généralité mais les exécutions qui viennent du Prince ne nuisent qu'à un particulier. [...] Toutefois, il ne doit pas croire ni agir à la légère, ni se donner peur soi-même, mais procéder d'une manière modérée, avec sagesse et humanité, de peur que trop de confiance ne le fasse imprudent et trop de défiance ne le rende insupportable. MACHIAVEL
   MACHIAVEL

Ordre des idées
 

 1) Un idéal apparent en politique : paraître "pitoyable", c'est-à-dire capable d'avoir pitié, d'être
 sensible à la souffrance des autres, donc non cruel.
 
 2) Critique de cet idéal par un exemple : César Borgia, qui fut réellement cruel, a réussi à donner la paix à son pays. La fin politique par excellence, une paix sociale sûre, exige donc parfois des
 moyens tels que la cruauté.
 
 3) Confirmation de cette critique par un exemple inverse : la "bonté" des Florentins entraîna non
 la paix, mais un désastre pour la Cité de Pistoïa.
 
 4) Conclusions générales sur la conduite réellement idéale du Prince :
 — Sa fin doit être toujours l'union civile, la paix pour le plus grand nombre.
 — Les moyens adaptés à cette fin peuvent être une réputation de cruauté, voire une réelle cruauté, sans laquelle le plus grand nombre serait finalement sacrifié par la faiblesse du Prince.
 — Précision : cette cruauté est nécessaire, réfléchie, limitée, prudente : elle reste un mal, mais,
 parfois, un mal provisoirement nécessaire.

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "MACHIAVEL" a obtenu la note de :
aucune note

Corrigé consulté par :
  • thisma le 14/12/2011 à 14H18
  • romain03 le 08/12/2011 à 08H18
  • lejeune le 22/05/2011 à 22H14
  • Pierre48689 le 07/12/2009 à 07H18
  • Leea48223 le 06/12/2009 à 06H17
  • MACHIAVEL

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit