MACHIAVEL

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< MACHIAVEL: S'adapter pour réussir MACHIAVEL >>
Partager

Sujet : MACHIAVEL

MACHIAVEL

 MACHIAVEL  MACHIAVEL Un prince doit s'efforcer de se faire une réputation de bonté, de clémence, de piété, de fidélité à ses engagements, et de justice ; il doit avoir toutes ces bonnes qualités mais rester assez maître de soi pour en déployer de contraires, lorsque cela est expédient. Je pose en fait qu'un prince, et surtout un prince nouveau, ne peut exercer impunément toutes les vertus, parce que l'intérêt de sa conservation l'oblige souvent à violer les lois de l'humanité, de la charité et de la religion. Il doit être d'un caractère facile à se plier aux différentes circonstances dans lesquelles il peut se trouver. En un mot, il lui est aussi utile de persévérer dans le bien, lorsqu'il n'y trouve aucun inconvénient, que de savoir en dévier, lorsque les circonstances l'exigent. Il doit surtout s'étudier à ne rien dire qui ne respire la bonté, la justice, la bonne foi et la piété ; mais cette dernière qualité est celle qu'il lui importe le plus de paraître posséder, parce que les hommes en général jugent plus par leurs yeux que par aucun des autres sens. Tout homme peut voir ; mais il est donné à très peu d'hommes de savoir rectifier les erreurs qu'ils commettent par les yeux. On voit aisément ce qu'un homme paraît être, mais non ce qu'il est réellement ; et ce petit nombre d'esprits pénétrants n'ose contredire la multitude, qui d'ailleurs a pour elle l'éclat et la force du gouvernement. Or, quand il s'agit de juger l'intérieur des hommes, et surtout celui des princes, comme on ne peut avoir recours aux tribunaux, il ne faut s'attacher qu'aux résultats ; le point est de se maintenir dans son autorité ; les moyens, quels qu'ils soient, paraîtront toujours honorables, et seront loués de chacun. Car le vulgaire se prend toujours aux apparences, et ne juge que par l'événement. MACHIAVEL
   MACHIAVEL

Machiavel dans le Prince offre une théorie du pouvoir qui fera date dans l’histoire de la philosophie politique et la politique elle-même. Comprendre les enjeux de l'écriture du Prince implique d'avoir à l'esprit les incessantes guerres d'Italie et leur effet sur Florence, la cité de Machiavel (1469-1527). Tout a été bouleversé par l'arrivée des troupes françaises en Italie en 1494. À Florence, l'état de guerre a conduit au départ des Médicis, en novembre 1494, et à la mise en place d'une forme politique nouvelle, la République du grand conseil. Mais les nouvelles guerres, plus rapides et plus violentes, posent une question décisive : celle de la survie de la cité et de la conservation du pouvoir. Il est ici question de conseils donnés à un nouveau prince qui vient d’entrer en fonction. Il s’agit d’instrumentaliser les vertus au profit du pouvoir politique. Il ne faut pas être vertueux mais seulement le paraître, mieux il faut savoir utiliser les vertus au bon moment et savoir s’en débarrasser au moment opportun. Comment un prince peut se servir des vertus pour conserver le pouvoir ?

 

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "MACHIAVEL" a obtenu la note de :

9 / 10

Corrigé consulté par :
  • 75984 le 17/02/2012 à 17H18
  • perrine77 le 09/11/2011 à 09H18
  • chachou28 le 10/03/2011 à 10H17
  • Timo77 le 17/01/2011 à 17H17
  • Eugeenie62607 le 28/03/2010 à 28H20
  • MACHIAVEL

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit