MALEBRANCHE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< MALEBRANCHE MALEBRANCHE >>
Partager

Sujet : MALEBRANCHE

 MALEBRANCHE  MALEBRANCHE La Raison dont je parle est infaillible, immuable. incorruptible. Elle doit toujours être la maîtresse : Dieu même la suit. En un mot, il ne faut jamais fermer les yeux à la lumière : mais il faut s'accoutumer à la discerner des ténèbres, ou des fausses lueurs, des sentiments confus, des idées sensibles, qui paraissent lumières vives et éclatantes à ceux qui ne sont pas accoutumés à discerner le vrai du vraisemblable, l'évidence de l'instinct, la Raison de l'imagination son ennemie. L'évidence, l'intelligence subsisteront éternellement. La foi est véritablement un grand bien, mais c'est qu'elle conduit à l'intelligence de certaines vérités nécessaires, essentielles, sans lesquelles on ne peut acquérir ni la solide vertu, ni la félicité éternelle. Néanmoins la foi sans intelligence, je ne parle pas ici des mystères, dont on ne peut avoir d'idée claire ; la foi, dis-je, sans aucune lumière, si cela est possible, ne peut rendre solidement vertueux. C'est la lumière qui perfectionne l'esprit et qui règle le coeur : et si la foi n'éclairait l'homme et ne le conduisait à quelque intelligence de la vérité, et à la connaissance de ses devoirs, assurément elle n'aurait pas les effets qu'on lui attribue. Mais la foi est un terme aussi équivoque que celui de Raison, de philosophie, de science humaine. MALEBRANCHE
   MALEBRANCHE

L'intelligence ici ne doit pas être entendue, selon la psychologie moderne, comme la faculté de résoudre des problèmes nouveaux (conception purement technique) mais comme la compréhension rationnelle de la vérité. Il faut remarquer ici l'image de la lumière, d'origine platonicienne et qui prendra une telle importance au XVIIIe siècle quand les « Lumières » deviendront synonymes de connaissance rationnelle. Le terme de raison reste équivoque tant qu'elle est mal distinguée de la sensibilité ou de l'imagination, tant que l'évidence est confondue avec l'instinct, et le vrai avec ce qui est seulement vraisemblable.
De même, la foi est équivoque quand elle est conçue séparément de l'intelligence, alors qu'elle y prépare et y conduit. Même quand il s'agit des « mystères » de la religion, dont l'homme ne peut avoir d'idée claire dans cette vie, la foi n'est qu'un substitut provisoire de la connaissance rationnelle. Malebranche semble ici répondre à Pascal opposant le « Dieu sensible au coeur » au « Dieu des philosophes », quand il écrit : « L'intelligence règle le coeur. » Le coeur ne peut donc lui être opposé.
Pascal visait en particulier la métaphysique cartésienne et ses preuves de l'existence de Dieu. Pour Descartes, en effet, la connaissance purement humaine, rationnelle (« science humaine ») accédait concurremment avec la foi à une même vérité. Malebranche va beaucoup plus loin : c'est la même Raison que suivent l'homme et Dieu, Raison qui s'identifie avec le Verbe divin (le Logos de l'Évangile selon saint Jean).

 

Corrigé non disponible

Le corrigé du sujet "MALEBRANCHE" a obtenu la note de :
aucune note

MALEBRANCHE

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit