MARX

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< MARX MARX: Des mathématiciens et des mécaniciens ! >>
Partager

Sujet : MARX

MARX

 MARX  MARX L'ouvrier s'appauvrit d'autant plus qu'il produit plus de richesse, que sa production croît en puissance et en volume. L'ouvrier devient une marchandise. Plus le monde des choses augmente en valeur, plus le monde des hommes se dévalorise ; l'un est en raison directe de l'autre. Le travail ne produit pas seulement des marchandises ; il se produit lui-même et produit l'ouvrier comme une marchandise dans la mesure même où il produit des marchandises en général. Cela revient à dire que le produit du travail vient s'opposer au travail comme un être étranger, comme une puissance indépendante du producteur. Le produit du travail est le travail qui s'est fixé, matérialisé dans un objet, il est la transformation du travail en objet, matérialisation du travail. La réalisation du travail est sa matérialisation. Dans les conditions de l'économie politique, cette réalisation du travail apparaît comme la déperdition de l'ouvrier, la matérialisation comme perte et servitude matérielles, l'appropriation comme aliénation, comme dépouillement. (...) Toutes ces conséquences découlent d'un seul fait : l'ouvrier se trouve devant le produit de son travail dans le même rapport qu'avec un objet étranger. Cela posé, il est évident que plus l'ouvrier se dépense dans son travail, plus le monde étranger, le monde des objets qu'il crée en face de lui devient puissant, et que plus il s'appauvrit lui-même, plus son monde intérieur devient pauvre, moins il possède en propre. C'est exactement comme dans la religion. Plus l'homme place en Dieu, moins il conserve en lui-même. L'ouvrier met sa vie dans l'objet, et voilà qu'elle ne lui appartient plus, elle est à l'objet. Plus cette activité est grande, plus l'ouvrier est sans objet. Il n'est pas ce qu'est le produit de son travail. Plus son produit est important, moins il est lui-même. La dépossession de l'ouvrier au profit de son produit signifie non seulement que son travail devient un objet, une existence extérieure, mais que son travail existe en dehors de lui, indépendamment de lui, étranger à lui, et qu'il devient une puissance autonome face à lui. La vie qu'il a prêtée à l'objet s'oppose à lui, hostile et étrangère.MARX
   MARX

Au XIXème siècle apparaît un tournant dans la production et dans le travail. Les nouveaux moyens de production changent considérablement les données. Marx est un des premiers à réfléchir sur la situation des ouvriers. Son ouvrage sur le capital réfléchit sur la valeur du produit et sur la valeur du travail. Dans ce texte, Marx prend à rebours la conception traditionnelle du travail défendue notamment par Hegel selon laquelle le travail permet à l’homme de s’humaniser et de s’épanouir en tant qu’être libre. Pour l’inspirateur du communisme, c’est l’action inverse qui se produit pour l’ouvrir : il s’appauvrit. Marx parle d’aliénation. Ce terme vient du latin alienus : étranger. L’ouvrier deviendrait alors étranger à lui-même. Mais pourquoi perd-il son humanité ? A qui profite alors la production ?

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "MARX" a obtenu la note de :

5.4 / 10

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé
Corrigé consulté par :
  • lejag le 15/04/2012 à 15H19
  • leleb le 28/02/2011 à 28H23
  • souriset le 21/02/2011 à 21H13
  • Susi55729 le 08/04/2010 à 08H21
  • Marine47257 le 24/02/2010 à 24H21
  • MARX

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit