LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Arendt: Travail et souffrance vont-ils nécess ... Weber: Peut-on considérer le travail comme un ... >>
Partager

Sujet : Marx: Le travail aliène-t-il l'être humain ?

travail Marx aliène Marx En quoi consiste l'aliénation du travail ? D'abord, dans le fait que le travail est extérieur à l'ouvrier, c'est-à-dire qu'il n'appartient pas à son essence, que donc, dans son travail, celui-ci ne s'affirme pas, mais se nie, ne se sent pas à l'aise, mais malheureux ; il n'y déploie pas une libre activité physique et intellectuelle, mais mortifie son corps et ruine son esprit. En conséquence, l'ouvrier ne se sent lui-même qu'en dehors du travail et dans le travail il se sent extérieur à lui-même. Il est à l'aise quand il ne travaille pas et, quand il travaille, il ne se sent pas à l'aise. Son travail n'est donc pas volontaire, mais contraint, c'est du travail forcé. Il n'est donc pas la satisfaction d'un besoin, mais seulement un moyen de satisfaire des besoins en dehors du travail. Le caractère étranger du travail apparaît nettement dans le fait que, dès qu'il n'existe pas de contrainte physique ou autre, le travail est fui comme la peste. Le travail extérieur à l'homme, dans lequel il se dépouille, est un travail de sacrifice de soi, de mortification. Enfin le caractère extérieur à l'ouvrier du travail apparaît dans le fait qu'il n'est pas son bien propre, mais celui d'un autre, qu'il ne lui appartient pas, que dans le travail l'ouvrier ne s'appartient pas lui-même, mais appartient à un autre. [...] On en vient donc à ce résultat que l'homme (l'ouvrier) se sent agir librement seulement dans ses fonctions animales : manger, boire et procréer, ou encore, tout au plus, dans le choix de sa maison, de son habillement, etc. ; en revanche, il se sent animal dans ses fonctions proprement humaines. Ce qui est animal devient humain, et ce qui est humain devient animal. [...] Nous avons considéré l'acte d'aliénation de l'activité humaine pratique, le travail, sous deux aspects : 1) le rapport de l'ouvrier au produit du travail en tant qu'objet étranger qui le tient sous sa domination. [...] 2) le rapport entre le travail et l'acte de production à l'intérieur du travail.
être humain  Marx
  • Texte extrait des Manuscrits de 1844, ouvrage incomplet dont une partie a été perdue.
  • Marx y traite la question de l’aliénation humaine, thème qui a intéressé auparavant Hegel et Feuerbach.
  • Objet précis du texte : le travail de l’ouvrier est une aliénation. Définition des raisons de cette aliénation. L’aliénation : Alienus : rendre autre, étranger.
  • Critique du travail salarié pas du travail en général. Ce dernier peut être en effet entendu dans un sens valorisant : ce qui permet à l’homme de se réaliser en tant qu’individu, il est aussi synonyme d’humanisation, de développement, de transformation de la nature et de progrès. Travail libérateur (l’homme quitte l’état de nature pour conquérir son humanité). Comment le travail de l’ouvrier peut-il être aliénant quand le travail est par nature libérateur ?
  • Ici, c’est cette notion du travail comme instrument de libération qui est remise en question. Marx veut lever les illusions du salariat et il y a une aliénation dans le travail lui-même :

 

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "Marx: Le travail aliène-t-il l'être humain ?" a obtenu la note de :
aucune note

Corrigé consulté par :
  • Christine74800 le 20/02/2012 à 20H19
  • odefouchier le 01/02/2012 à 01H14
  • Martin48120 le 02/01/2012 à 02H11
  • Michou 8 le 10/04/2011 à 10H13
  • lemarseillais le 30/12/2010 à 30H12
  • 150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit