MERLEAU-PONTY: Autrui comme alter-ego

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< MERLEAU-PONTY MERLEAU-PONTY >>
Partager

Sujet : MERLEAU-PONTY: Autrui comme alter-ego

MERLEAU-PONTY: Autrui comme alter-ego

PONTY MERLEAU Autrui MERLEAU Autrui ou moi, il faut choisir, dit-on. Mais on choisit l'un contre l'autre, et ainsi on affirme le conflit. Autrui me transforme en objet et me nie, je transforme autrui en objet et le nie, dit-on. En réalité le regard d'autrui ne me transforme en objet, et mon regard ne le transforme en objet, que si l'un et l'autre nous nous retirons dans le fond de notre nature pensante, si nous nous faisons l'un et l'autre regard inhumain, si chacun sent ses actions, non pas reprises et comprises, mais observées comme celles d'un insecte. C'est par exemple ce qui arrive quand je subis le regard d'un inconnu. Mais même alors, l'objectivation de chacun par le regard de l'autre n'est ressentie comme pénible que parce qu'elle prend la place d'une communication possible. Le regard d'un chien sur moi ne me gêne guère. Le refus de communiquer est encore un mode de communication. La liberté protéiforme, la nature pensante, le fond inaliénable, l'existence non qualifiée, qui en moi et en autrui marque les limites de toute sympathie, suspend bien la communication, mais ne l'anéantit pas. Si j'ai affaire à un inconnu qui n'a pas encore dit un seul mot, je peux croire qu'il vit dans un autre monde où mes actions et mes pensées ne sont pas dignes de figurer. Mais qu'il dise un mot, ou seulement qu'il ait un geste d'impatience, et déjà il cesse de me transcender : c'est donc là sa voix ce sont là ses pensées, voilà donc le domaine que je croyais inaccessible. Chaque existence ne transcende définitivement les autres que quand elle reste oisive et assise sur sa différence naturelle.MERLEAU-PONTY
comme alter  MERLEAU

 

Autrui, c’est ce qui n’est pas moi. Est-ce pour autant que l’on ne pourra jamais accéder à autrui ? Pour Maurice Merleau-Ponty, le philosophe de la perception, héritier de la phénoménologie de Husserl, il est certain que l’on connaît l’autre dès lors qu’on le perçoit, mais le problème réside dans le mode de perception d’autrui. Comment puis-je avoir accès à l’autre ? Peut-on connaître l’autre comme on se connaît soi-même, ou l’appréhendons-nous seulement comme le reste du monde qui nous entoure, comme un objet ? Dans cette acception, l’expression « alter ego » n’a plus cours, car si autrui est un « autre moi », il semble qu’on puisse le connaître plus intimement… Quelle est la relation possible avec autrui : c’est tout l’enjeu de ce texte de Merleau-Ponty, extrait de son ouvrage Phénoménologie de la perception.

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "MERLEAU-PONTY: Autrui comme alter-ego" a obtenu la note de :
aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé
Corrigé consulté par :
  • Guillaumexfck-249390 le 07/12/2014 à 07H15
  • cendre le 11/11/2014 à 11H13
  • Elsescocaine-228527 le 22/01/2014 à 22H14
  • DJO-198197 le 29/01/2013 à 29H10
  • cinos45-195205 le 12/01/2013 à 12H12
  • MERLEAU-PONTY: Autrui comme alter-ego

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit