LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< MERLEAU-PONTY MERLEAU-PONTY >>
Partager

Sujet : MERLEAU-PONTY: Parole, langage et penséee

PONTY MERLEAU Parole MERLEAU Si la parole présupposait la pensée, si parler c'était d'abord se joindre à l'objet par une intention de connaissance ou par une représentation, on ne comprendrait pas pourquoi la pensée tend vers l'expression comme vers son achèvement, pourquoi l'objet le plus familier nous paraît indéterminé tant que nous n'en avons pas retrouvé le nom, pourquoi le sujet pensant lui-même est dans une sorte d'ignorance de ses pensées tant qu'il ne les a pas formulées pour soi ou même dites et écrites, comme le montre l'exemple de tant d'écrivains qui commencent un livre sans savoir au juste ce qu'ils y mettrons. une pensée qui se contenterait d'exister pour soi, hors des gênes de la parole et de la communication, aussitôt apparue tomberait à l'inconscience, ce qui revient à dire qu'elle n'existerait pas même pour soi. [...] C'est en effet une expérience de penser, en ce sens que nous nous donnons notre pensée par la parole intérieure ou extérieure. Elle progresse bien dans l'instant et comme par fulgurations (1), mais il nous reste ensuite à nous l'approprier et c'est par l'expression qu'elle devient nôtre. La dénomination des objets ne vient pas après la reconnaissance, elle est la reconnaissance même. MERLEAU-PONTY (1) éclairs.MERLEAU-PONTY
langage penséee  MERLEAU

Le grec n’a qu’un mot pour désigner la pensée et le langage : « logos ». Cette superposition des deux concepts dans un seul terme met en évidence le lien profond, indissoluble, de la pensée et du langage. Pour autant, la nature de ce lien est loin d’être évidente, elle constitue même un problème important de la philosophie et le sujet d’étude privilégié d’une discipline qui se nomme « linguistique » et dont le père fondateur, du moins dans sa forme moderne, est Ferdinand de Saussure. Le texte de Merleau-Ponty que nous avons à commenter s’inscrit dans la lignée des problématiques saussuriennes, et plus encore de son disciple Emile Benveniste avec lequel il partage bien des idées.

Le problème au centre de ce texte est l’analyse des rapports entre la pensée et la parole. Il peut se résumer en une phrase : la pensée et la parole se présupposent-elles ou se confondent-elles dans un même mouvement ?

Nous pouvons distinguer deux moments argumentatifs dans ce texte : le premier commence avec l’extrait et s’achève avec « (…) ce qui revient à dire qu’elle n’existerait pas même pour soi (…) ». Dans ce passage, Merleau-Ponty envisage les conséquences de la thèse affirmant que la parole présuppose la pensée, conséquences dont ils montrent qu’elles infirment cette thèse. Le second mouvement, qui se confond avec la suite du texte, présente la thèse de Merleau-Ponty  proprement dite: la parole ne présuppose pas la pensée, pas plus que la pensée ne présuppose la parole, mais ces deux activités tendent à se confondre comme dans le terme « logos ». Elles s’unissent dans un même mouvement de connaissance du monde et des choses.

 

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "MERLEAU-PONTY: Parole, langage et penséee" a obtenu la note de :
aucune note

Corrigé consulté par :
  • kawadam le 25/02/2012 à 25H18
  • kiaralicious le 12/02/2012 à 12H15
  • max0510 le 29/12/2011 à 29H21
  • icetoile le 09/12/2011 à 09H19
  • dory1234 le 13/10/2010 à 13H20
  • 150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit