Montesquieu: un être intelligent

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Lévinas: Tu ne tueras point Montesquieu: démocratie et peuple >>
Partager

Sujet : Montesquieu: un être intelligent

être Montesquieu intelligent Montesquieu Les êtres particuliers intelligents peuvent avoir des lois qu'ils ont faites : mais ils en ont aussi qu'ils n'ont pas faites. Avant qu'il y eût des êtres intelligents, ils étaient possibles ; ils avaient donc des rapports possibles, et par conséquent des lois possibles. Avant qu'il y eût des lois faites, il y avait des rapports de justice possibles. Dire qu'il n'y a rien de juste ni d'injuste que ce qu'ordonnent ou défendent les lois positives, c'est dire qu'avant qu'on eût tracé de cercle, tous les rayons n'étaient pas égaux. Il faut donc avouer des rapports d'équité antérieurs à la loi positive qui les établit : comme, par exemple, que, supposé qu'il y eût des sociétés d'hommes, il serait juste de se conformer à leurs lois ; que, s'il y avait des êtres intelligents qui eussent reçu quelque bienfait d'un autre être, ils devraient en avoir de la reconnaissance ; que, si un être intelligent avait créé un être intelligent, le créé devrait rester dans la dépendance qu'il a eue dès son origine ; qu'un être intelligent qui a fait du mal à un être intelligent mérite de recevoir le même mal ; et ainsi du reste. Montesquieu
   Montesquieu

Aux confins du droit et de l'éthique, la question du fondement des lois soulève des interrogations essentielles. Si les hommes font partie de la nature, ils ne peuvent s'abstraire complètement de ses lois, c'est-à-dire des rapports constants qui régissent les phénomènes, tels que l'analyse scientifique les dégage. En outre, il est un autre type de lois, dont les hommes sont eux-mêmes les auteurs. Le pouvoir de légiférer, dans le cadre des sociétés humaines, ne relève-t-il pas cependant d'exigences et de normes qui, idéalement, lui préexistent ? Question décisive, et concrètement tirée de cette interrogation : les lois réelles, existant ici et maintenant, ne procèdent-elles pas d'un champ de rapports possibles, qui les sous-tendrait comme une sorte de référence critique ou d'idéal immanent ? L'étude d'un texte de Montesquieu, tiré du premier chapitre de l'Esprit des lois, nous permettra d'y réfléchir.
 

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "Montesquieu: un être intelligent" a obtenu la note de :
aucune note

Corrigé consulté par :
  • AgatheSpr-218107 le 01/11/2013 à 01H19
  • vanoushka-217730 le 30/10/2013 à 30H21
  • easymilka-188556 le 01/12/2012 à 01H22
  • mouimiii le 24/05/2011 à 24H12
  • cocotte68 le 19/05/2011 à 19H11
  • Montesquieu: un être intelligent

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit
    Podcast philo