LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Montesquieu: Démocratie et monarchie Montesquieu: Les lois, dans la signification ... >>
Partager

Sujet : Montesquieu: Démocratie et éducation

Démocratie Montesquieu éducation Montesquieu C'est dans le gouvernement républicain que l'on a besoin de toute la puissance de l'éducation. La crainte des gouvernements despotiques naît d'elle-même parmi les menaces et les châtiments ; l'honneur des monarchies est favorisé par les passions, et les favorise à son tour : mais la vertu politique est un renoncement à soi-même, qui est toujours une chose très pénible. On peut définir cette vertu, l'amour des lois et de la patrie. Cet amour, demandant une préférence continuelle de l'intérêt public au sien propre donne toutes les vertus particulières : elles ne sont que cette préférence. Cet amour est singulièrement affecté aux démocraties. Dans elles seules, le gouvernement est confié à chaque citoyen. Or, le gouvernement est comme toutes les choses du monde : pour le conserver, il faut l'aimer. On n'a jamais ouï dire que les rois n'aimassent pas la monarchie, et que les despotes haïssent le despotisme. Tout dépend donc d'établir, dans la république, cet amour ; et c'est à l'inspirer que l'éducation doit être attentive. Mais, pour que les enfants puissent l'avoir, il y a un moyen sûr ; c'est que les pères l'aient eux-mêmes. On est ordinairement le maître de donner à ses enfants ses connaissances ; on l'est encore plus de leur donner ses passions. Si cela n'arrive pas, c'est que ce qui a été fait dans la maison paternelle est détruit par les impressions du dehors. Ce n'est point le peuple naissant qui dégénère ; il ne se perd que lorsque les hommes faits sont déjà corrompus. Montesquieu
   Montesquieu

La solidarité entre république et vertu tient à la nature même de la république, appelée aussi démocratie pour préciser que tous y détiennent la souveraineté. Privilégiant le bien public (res publica), le gouvernement républicain est le plus conforme qui soit aux exigences de la liberté et de l'égalité. N'ayant à imposer aucun intérêt particulier, il n'a besoin de recourir à aucune violence, ni d'exercer une quelconque terreur (ce qui n'est pas le cas du despotisme). Si par nature la république met sur le même plan tous ses citoyens (égalité) et exclut tout assujettissement (respect de la liberté) elle ne peut vivre, et survivre, qu'en s'appuyant sur la vertu politique, c'est-à-dire l'amour des lois, de la liberté, et du bien public. Mais la question se pose de savoir comment advient une telle vertu - et l'on mesure alors toute la portée d'une bonne éducation.
 

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "Montesquieu: Démocratie et éducation" a obtenu la note de :
aucune note

Corrigé consulté par :
  • nousnous-203719 le 27/05/2013 à 27H01
  • kevindebj le 08/02/2012 à 08H22
  • kikok le 04/02/2012 à 04H11
  • Laylih le 29/12/2011 à 29H23
  • niine le 10/12/2011 à 10H09
  • 150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit