Montesquieu et la politique

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< MERLEAU-PONTY et la liberté Nietzsche et la politique >>
Partager

Sujet : Montesquieu et la politique

politique Montesquieu  Montesquieu L'effet naturel du commerce est de porter à la paix. Deux nations qui négocient ensemble se rendent réciproquement dépendantes : si l'une a intérêt d'acheter, l'autre a intérêt de vendre ; et toutes les unions sont fondées sur des besoins mutuels. Mais, si l'esprit de commerce unit les nations, il n'unit pas de même les particuliers. Nous voyons que dans les pays où l'on n'est affecté que de l'esprit de commerce, on trafique de toutes les actions humaines, et de toutes les vertus morales : les plus petites choses, celles que l'humanité demande, s'y font ou s'y donnent pour de l'argent. L'esprit de commerce produit dans les hommes un certain sentiment de justice exacte, opposé d'un côté au brigandage, et de l'autre à ces vertus morales qui font qu'on ne discute pas toujours ses intérêts avec rigidité, et qu'on peut les négliger pour ceux des autres.
   Montesquieu

MONTESQUIEU soutient que le commerce est vecteur de paix entre les nations. Cette thèse peut surprendre en ceci que, comme le rappellera MAX WEBER, les rapports entre Etats sont des rapports entre puissances.
 
 Mais reconnaître qu'existent des différends commerciaux, c'est aussi reconnaître que ces derniers ne prennent pas un tour d'affrontement militaire. Affrontement commercial entre puissances ne signifie pas congé donné à la paix.
 
 La raison principale, rappelée par MONTESQUIEU lui-même est que le commerce crée des liens réciproques de dépendance : chaque pays a besoin de l'autre dans la mesure où l'un produit ce que l'autre ne produit pas. On peut même aller plus loin et remarquer, comme le fera plus tard RICARDO, qu'un pays peut avoir intérêt à acheter à l'étranger ce qu'il produit lui-même s'il peut en contrepartie lui vendre autre chose.
 
 Aussi les échanges marchands créent-ils des liens d'interdépendance, qui font que chaque pays n'a pas intérêt à attaquer militairement l'autre. Même s'il n'y a pas communauté d'intérêts, il y a au moins intérêt à ne pas attaquer l'autre.
 
 Le commerce joue donc ici un rôle formellement comparable à celui de la Société des Nations dans le Projet de paix perpétuelle de KANT. Le besoin mutuel est donc un instrument préventif contre les conflits.
 
 Il n'en va pas de même s'agissant des particuliers, hélas. MONTESQUIEU a en vue les formes dégénérées du commerce (le trafic) et l'inclusion dans la sphère marchande "de toutes les valeurs morales".
 
 Ce n'est donc pas le commerce -évidemment- qui est en cause mais les situations où il n'y a QUE l'esprit de commerce, sans que rien ne vienne le contrebalancer.
 Pour reprendre une expression pascalienne, il convient que l'esprit de commerce reste dans son ordre, sinon, c'est la tyrannie du commerce et de l'argent sur toute chose, qui s'impose.
 
 L'esprit de commerce, selon MONTESQUIEU, induit enfin un "sentiment de justice exacte". L'auteur oppose ce sentiment au brigandage mais aussi aux attitudes morales dans lesquelles on ne place pas ses intérêts au premier plan.
 Négliger ses intérêts pour ceux des autres, c'est ne plus commercer.
 

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "Montesquieu et la politique" a obtenu la note de :
aucune note

Corrigé consulté par :
  • illean le 15/04/2012 à 15H19
  • niko63100 le 22/01/2012 à 22H12
  • sarou83 le 12/01/2012 à 12H18
  • lucile.campion le 08/05/2011 à 08H13
  • AngelToHellx3 le 08/05/2011 à 08H13
  • Montesquieu et la politique

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit
    Podcast philo