NIETZSCHE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< NIETZSCHE NIETZSCHE >>
Partager

Sujet : NIETZSCHE

NIETZSCHE

 NIETZSCHE  NIETZSCHE 11. La conscience. La conscience est la dernière et la plus tardive évolution de la vie organique, et par conséquent ce qu'il y a de moins accompli et de plus fragile en elle. C'est de la vie consciente que procèdent d'innombrables faux pas, actes manqués qui font qu'un animal, un être humain périssent avant qu'il n'eût été nécessaire- »en dépit du destin », comme dit Homère. N'était le lien conservateur, infiniment plus fort, des instincts, n'était la vertu régulatrice qu'il exerce dans l'ensemble, l'humanité devrait périr du fait de ses jugements pervertis, de ses délires à l'état de veille, de son manque de fondement et de sa crédulité, bref de sa vie consciente même : ou bien plutôt sans tous ces phénomènes l'humanité au ! ait disparu depuis longtemps ! Avant qu'une fonction soit développée et mûre, elle constitue un danger pour l'organisme : tant mieux si pendant ce temps elle est rudement tyrannisée ! Ainsi se voit rudement tyrannisée la conscience et sans doute sa propre fierté n'est-elle pas ici la moins tyrannique ! On croit que c'est là le noyau de l'homme : ce qu'il a de permanent, d'éternel, d'ultime, de plus originel ! On tient la conscience pour une quantité stable donnée ! On nie sa croissance, ses intermittences ! On la conçoit comme « unité de l'organisme » !-Cette surestimation et cette méconnaissance ridicules de la Conscience ont eu pour heureuse conséquence d'éviter son élaboration trop rapide. Parce que les hommes croyaient déjà posséder la conscience ils se sont donné d'autant moins de mal à l'acquérir,- et aujourd'hui encore il n'en est guère autrement ! S'assimiler le savoir, se le rendre instinctif, voilà qui constitue une tâche absolument nouvelle, à peine discernable, dont le regard humain devine tout juste la lueur-une tâche qui n'est discernée que de ceux qui ont compris que seules jusqu'à présent nos erreurs s'étaient assimilées à nous et que toute notre conscience ne se rapporte qu'à des erreurs !NIETZSCHE
   NIETZSCHE

Nietzsche se présente au XIXème siècle comme un tourbillon qui renverse la philosophie traditionnelle. Il prévient d’ailleurs lui-même qu’il va faire de la philosophie à coup de marteau, en sous-entendant qu’il va casser les prétentions philosophiques. Pour quoi faire ? Pour Nietzsche, tous les philosophes écrivent en réalité leur mémoire, toute leur philosophie est personnelle et cependant il continue à prétendre à une objectivité encore moins atteignable qu’en science. Il s’agit pour lui de développer une méthode généalogique qui part d’une interprétation pour remonter aux causes profondes. Le philosophe allemand essaie de briser les illusions néfastes pour pouvoir inventer par la suite. Selon lui toute destruction n’est acceptable que si elle est accomplie dans le but de créer de nouvelles forces à partir du vide ainsi dégagé. Dans ce texte, Nietzsche s’attaque au concept philosophique de « conscience ». Reprenant certains dires de son éducateur, Schopenhauer, Nietzsche étudie la conscience et son rôle dans l’existence de l’homme. Beaucoup de philosophes voient en elle la dignité de l’homme. Kant y aperçoit la faculté qui élève les hommes au-dessus de tous les êtres vivants, Pascal ce qui nous rend digne, Descartes ce qui nous distingue de l’animalité. La conscience a été pendant des siècles ce qui fonde l’humain, ce qui le rattache à Dieu et lui donne la liberté. Nietzsche ici va lutter contre cette prétention et entreprendre une véritable révolution. Il tend à voir l’origine et la destination de la conscience.  Comment fait-il pour détruire les illusions ? La conscience est-elle véritablement un processus naturel ? La conscience caractérise-t-elle réellement l’homme ? Si la conscience n’est plus le noyau de l’homme, qu’est-ce qui est principal chez lui ? Comment nous diriger dans le monde si la conscience n’est pas une instance privilégiée ? Que devient la connaissance ? La liberté ?

 

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "NIETZSCHE" a obtenu la note de :
aucune note

Corrigé consulté par :
  • Lilykate le 20/02/2011 à 20H16
  • lou le 17/11/2010 à 17H18
  • yol.rab le 28/10/2010 à 28H19
  • Beatrice53079 le 10/01/2010 à 10H21
  • NIETZSCHE

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit