Nietzsche: L'art pour l'art

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Nietzsche: Le poids le plus lourd Nietzsche et la liberté >>
Partager

Sujet : Nietzsche: L'art pour l'art

Nietzsche: L'art pour l'art

pour Nietzsche  Nietzsche L'art pour l'art - La lutte contre la fin en l'art est toujours une lutte contre les tendances moralisatrices dans l'art, contre la subordination de l'art à la morale. L'art pour l'art veut dire : « Que le diable emporte la morale ! » - Mais cette inimitié même dénonce encore la puissance prépondérante du préjugé. Lorsque l'on a exclu de l'art le but de moraliser et d'améliorer les hommes, il ne s'ensuit pas encore que l'art doive être absolument sans fin, sans but et dépourvu de sens, en un mot, l'art pour l'art - un serpent qui se mord la queue. "Être plutôt sans but, que d'avoir un but moral!" : ainsi parle la passion pure. Un psychologue demande au contraire: que fait toute espèce d'art ? Ne loue-t-elle point ? Ne glorifie-t-elle point ? N'isole-t-elle point ? Avec tout cela l'art fortifie ou affaiblit certaines évaluations... N'est-ce là qu'un accessoire, un hasard? Quelque chose à quoi l'instinct de l'artiste ne participerait pas du tout ? Ou bien la faculté de pouvoir de l'artiste n'est-elle pas la condition première de l'art ? L'instinct le plus profond de l'artiste va-t-il à l'art, ou bien n'est-ce pas plutôt au sens de l'art, à la vie, à un désir de vie ? - L'art est le grand stimulant de la vie: comment pourrait-on l'appeler sans fin, sans but, comment pourrait-on l'appeler l'art pour l'art ? Nietzsche
   Nietzsche

Nietzsche s'est toujours intéressé aux questions de l'art: aussi bien dans son interrogation sur la « Naissance de la tragédie » (1872) que sur l'oeuvre musicale de Wagner qui l'a tant fasciné et dont il a tant de mal, dans Le Crépuscule des idoles (1889) à se déprendre.
 En fait, la tournure aphoristique de ses œuvres lui fait rencontrer sans cesse, sous forme de notations brèves et souvent provocantes la question de l'art, quitte à se reprendre d'un texte à l'autre, et pourquoi pas à se contredire. De toute façon, il excelle à épouser la thèse de son adversaire imaginaire, puis à se retourner brusquement, et à en montrer l'inanité. C'est le cas de ce texte où il se montre d'abord partisan de la notion de l'art pour l'art, pour montrer par la suite que l'art est toujours l'expression du désir.

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "Nietzsche: L'art pour l'art" a obtenu la note de :

9 / 10

Corrigé consulté par :
  • Smartiesophe-270465 le 17/01/2016 à 17H15
  • BassCommunion-178357 le 15/09/2012 à 15H16
  • Seebastien63493 le 18/12/2011 à 18H18
  • popopasselebac le 29/04/2011 à 29H16
  • meecrobr le 14/04/2011 à 14H15
  • Nietzsche: L'art pour l'art

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit