LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Kant: Le concept de devoir moral Nietzsche: L'impératif de la vie contre l'obl ... >>
Partager

Sujet : Nietzsche: La volonté de puissance comme essence de la vie

volonté Nietzsche puissance Nietzsche De quoi la création des valeurs est-elle la manifestation ? Nietzsche répond : de la volonté de puissance. Il ne faut pas comprendre cette notion au sens de « volonté de dominer les autres ». La volonté de puissance est, chez Nietzsche, un principe ontologique : tous les êtres sont animés d'une volonté de puissance. Elle peut s'exprimer à travers des forces actives, affirmatives ou à travers des forces réactives, négatives. Les morales juive ou chrétienne sont l'expression de forces réactives, d'une volonté de puissance qui se retourne contre elle-même, parce qu'elles dévaluent la vie, le corps, et font au contraire du renoncement, de l'ascétisme, les valeurs suprêmes. On pourrait en dire autant de la philosophie quand, avec Socrate et Platon, elle déprécie le monde sensible au profit du monde intelligible, posé comme seul véritablement réel.
comme essence  Nietzsche De quoi la création des valeurs est-elle la manifestation ? Nietzsche répond : de la volonté de puissance. Il ne faut pas comprendre cette notion au sens de « volonté de dominer les autres ». La volonté de puissance est, chez Nietzsche, un principe ontologique : tous les êtres sont animés d'une volonté de puissance. Elle peut s'exprimer à travers des forces actives, affirmatives ou à travers des forces réactives, négatives. Les morales juive ou chrétienne sont l'expression de forces réactives, d'une volonté de puissance qui se retourne contre elle-même, parce qu'elles dévaluent la vie, le corps, et font au contraire du renoncement, de l'ascétisme, les valeurs suprêmes. On pourrait en dire autant de la philosophie quand, avec Socrate et Platon, elle déprécie le monde sensible au profit du monde intelligible, posé comme seul véritablement réel.

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "Nietzsche: La volonté de puissance comme essence de la vie" a obtenu la note de :
aucune note

Corrigé consulté par :
  • loulou-195086 le 11/01/2013 à 11H01
  • Arno974 le 02/01/2011 à 02H04
  • 150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit