LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Blaise PASCAL: Des trois sortes d'hypothèse. Blaise PASCAL: la vérité et le coeur >>
Partager

Sujet : Blaise PASCAL: Nous anticipons l'avenir comme trop lent venir, comme pour hâter son cours...

PASCAL Blaise Nous Blaise Nous ne nous tenons jamais au temps présent. Nous anticipons l'avenir comme trop lent venir, comme pour hâter son cours ; ou nous rappelons le passé, pour l'arrêter comme trop prompt : si imprudents que nous errons dans les temps qui ne sont pas nôtres, et ne pensons point au seul qui nous appartient : et si vains que nous songeons à ceux qui ne sont rien, et échappons sans réflexion le seul qui subsiste. C'est que le présent, d'ordinaire, nous, blesse. Nous le cachons à notre vue parce qu'il nous afflige et s'il nous est agréable, nous regrettons de le voir échapper. Nous tâchons de le soutenir par l'avenir, et pensons à disposer les choses qui ne sont pas en notre puissance, pour un temps où nous n'avons aucune assurance d'arriver. Que chacun examine ses pensées, il les trouvera toutes occupées au passé et l'avenir. Nous ne pensons presque point au présent ; et, si nous y pensons, ce n'est que pour en prendre la lumière pour disposer de l'avenir. Le présent n'est jamais notre fin : le passé et le présent sont nos moyens ; le seul avenir est notre fin. Ainsi nous ne vivons jamais, mais nous espérons de vivre ; et, nous disposant toujours à être heureux, il est inévitable que nous ne le soyons jamais. Blaise PASCAL
anticipons avenir comme Blaise

QUESTIONNEMENT INDICATIF


 
• De quel passé peut-il s'agir dans « nous rappelons le passé l'arrêter comme trop prompt »? Qu'est-ce qui justifie dans le texte que nous sommes « imprudents » et « vains » ? Que signifie exactement « vain » ici ?
 • Que sont le passé et l'avenir selon Pascal ? Qu'est-ce qui « subsiste » ? Est-ce la seule appréhension du temps possible ? (Peut-être convient-il de distinguer le plan du vécu de celui
 de la représentation.)
 • Pourquoi, selon Pascal, « laissons-nous échapper sans réflexion » le présent ?
 — Comment penser que nous puissions cacher à notre vue « le présent » alors qu'il nous afflige ?
 — Que signifie « nous tâchons de le soutenir par l'avenir » (de prolonger son existence dans le temps qui suit ? Et l'existence de quoi ?)?
 • Comment penser que chacun peut trouver « toutes (ses pensées) occupées au passé et à l'avenir » et que « nous ne pensons presque point au présent »?
 • Quelle appréhension du présent doit-on avoir pour concevoir qu'il puisse être notre fin ? (Ne pourrait-on dire que dans la mesure où le présent est, il ne saurait être notre fin ?)
 • Comment expliquer « nous ne vivons jamais, mais nous espérons de vivre » (En prenant les expressions « à la lettre » ne pourrait-on dire qu'espérer c'est vivre ?)
 • Quel est l'enjeu de ce texte ?
 — Une ontologie du temps ?
 — Comment être heureux ?
 — Démontrer la misère de l'homme dans le temps ?

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "Blaise PASCAL: Nous anticipons l'avenir comme trop lent venir, comme pour hâter son cours..." a obtenu la note de :

6.5 / 10

Corrigé consulté par :
  • jdguizmo-244672 le 20/11/2014 à 20H16
  • CESTMOI-230353 le 09/02/2014 à 09H13
  • pauladu52 le 17/03/2012 à 17H13
  • Patapata le 08/01/2012 à 08H16
  • luxeube le 02/01/2012 à 02H19
  • 150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit