Blaise PASCAL: Deux sortes de grandeurs

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Blaise PASCAL: Temps et bonheur Blaise PASCAL: Notre condition faible et mort ... >>
Partager

Sujet : Blaise PASCAL: Deux sortes de grandeurs

Blaise PASCAL: Deux sortes de grandeurs

PASCAL Blaise Deux Blaise Il y a dans le monde deux sortes de grandeurs ; car il y a des grandeurs d'établissement et des grandeurs naturelles. Les grandeurs d'établissement dépendent de la volonté des hommes, qui ont cru avec raison devoir honorer certains états et y attacher certains respects. Les dignités et la noblesse sont de ce genre. En un pays on honore les nobles, en l'autre les roturiers ; en celui-ci les aînés, en cet autre les cadets. Pourquoi cela ? Parce qu'il a plu aux hommes. La chose était indifférente avant l'établissement : après l'établissement elle devient juste, parce qu'il est injuste de la troubler. Les grandeurs naturelles sont celles qui sont indépendantes de la fantaisie des hommes, parce qu'elles consistent dans les qualités réelles et effectives de l'âme et du corps, qui rendent l'une ou l'autre plus estimable, comme les sciences, la lumière de l'esprit, la vertu, la santé, la force. Nous devons quelque chose à l'une et à l'autre de ces grandeurs ; mais, comme elles sont d'une nature différente, nous leur devons aussi différents respects. Aux grandeurs d'établissement, nous leur devons les respects d'établissement, c'est-à-dire certaines cérémonies extérieures qui doivent être néanmoins accompagnées, selon la raison, d'une reconnaissance intérieure de la justice de cet ordre, mais qui ne nous font pas concevoir quelque qualité réelle en ceux que nous honorons de cette sorte. Il faut parler aux rois à genoux ; il faut se tenir debout dans la chambre des princes. C'est une sottise et une bassesse d'esprit que de leur refuser ces devoirs. Mais pour les respects naturels qui consistent dans l'estime, nous ne les devons qu'aux grandeurs naturelles ; et nous devons au contraire le mépris et l'aversion aux qualités contraires à ces grandeurs naturelles. Blaise PASCAL
sortes grandeurs  Blaise

• Quelle est l'idée générale du texte ? Seules les grandeurs naturelles ont droit à notre véritable estime. Quant aux grandeurs de convention, elles ne sauraient recevoir cette estime profonde et ce respect réel, allant aux qualités objectives.

 • Le problème posé par ces lignes est le suivant : la justice n'est-elle que ce qui est établi et, au-delà de cette justice de convention, ne peut-on discerner une autre justice ?

 • Le passage qui nous est ici présenté se divise nettement en deux grandes parties, elles-mêmes divisées en sous-parties. Pascal distingue, tout d'abord, grandeur de convention et grandeur naturelle (première grande partie, « Il y a [...] force»), la première sous-partie analysant celle de convention et la seconde, la grandeur qui se fonde sur la nature et le réel. Pascal distingue, ensuite, deux sortes de respect (deuxième grande partie, « Nous devons [...] naturelles »), la première sous-partie examinant le respect de convention et la seconde l'authentique respect.

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "Blaise PASCAL: Deux sortes de grandeurs" a obtenu la note de :
aucune note

Corrigé consulté par :
  • jbd-262398 le 23/09/2015 à 23H12
  • Sasa-242707 le 27/09/2014 à 27H16
  • isabel110968 le 12/03/2012 à 12H16
  • siouffi le 08/05/2011 à 08H18
  • Jurano le 11/04/2011 à 11H23
  • Blaise PASCAL: Deux sortes de grandeurs

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit