Platon et la damnation du corps

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Platon, L'apologie de Socrate, paragraphe XXa Platon et l'éducation (République VII) >>
Partager

Sujet : Platon et la damnation du corps

Platon et la damnation du corps

damnation Platon corps Platon Tant que nous aurons le corps, et qu'un mal de cette sorte restera mêlé à la pâte de notre âme, il est impossible que nous possédions jamais en suffisance ce à quoi nous aspirons; et, nous l'affirmons, ce à quoi nous aspirons, c'est le vrai. Le corps, en effet, est pour nous source de mille affairements, car il est nécessaire de le nourrir; en outre, si des maladies surviennent, elles sont autant d'obstacles à notre chasse à ce qui est.Désirs, appétits, peurs, simulacres en tout genres, futilités, il nous en remplit si bien que, comme on dit, pour de vrai et pour de bon, à cause de lui il ne nous sera jamais possible de penser, et sur rien. Prenons les guerres, les révolutions, les conflits: rien d'autre ne les suscite que le corps et ses appétits. Car toutes les guerres ont pour origine l'appropriation des richesses.Or ces richesses, c'est le corps qui nous force à les acquérir, c'est son service qui nous rend esclaves. Et c'est encore lui qui fait que nous n'avons jamais de temps libre pour la philosophie, à cause de toutes ces affaires.Mais le comble, c'est que même s'il nous laisse du temps libre et que nous nous mettons à examiner un problème, li voilà qui débarque au milieu de nos recherches; il est partout, il suscite tumulte et confusion, nous étourdissant si bien qu'à cause de lui nous sommes incapables de discerner le vrai.Pour nous, réellement, la preuve est faite: si nous devons jamais savoir purement quelque chose, il faut que nous nous séparions de lui et que nous considérions avec l'âme elle-même les choses elles-mêmes.Alors, à ce qu'il semble, nous appartiendra enfin ce que nous désirons et ce dont nous affirmons que nous sommes amoureux: la pensée. Platon, Platon, Phédon - Ed. Flammarion, trad. M.Dixsaut, pp 216-271
   Platon

Platon distingue d'emblée deux entités essentielles et complémentaires qui constituent un être humain. Le corps représente l'entité matérielle, physique tandis que l'âme, elle, est immatérielle, spirituelle. L'âme est sans cesse à la recherche du vrai car tel est le but de son existence. Cependant, ce qui l'en empêche, selon Platon, c'est le corps, lui et toutes ses futilités. Le corps est présenté comme le négatif de la pensée, c'est une malédiction qui accompagne l'âme sur son séjour sur Terre. En effet, le corps nécessite des soins incessants, parfois vitaux, parfois inutiles. Il est l'incarnation de tous les problèmes du quotidien tels l'alimentation, les maladies... Mais il est aussi le siège même des désirs, des convoitises, des peurs... Pour expliciter cette thèse, Platon prend ici l'exemple des guerres. Celles-ci sont en réalité le résultat, ou plutôt le moyen de s'approprier des richesses que l'on convoite. Or, de ces richesses, l'âme n'en a que faire. Seul le corps en sera le bénéficiaire après tant de conflits. L'âme, elle, reste passive et se laisse guider par le corps à la recherche de biens matériels. Cette recherche prend toute la vie d'un être humain, le corps est omniprésent et ainsi, il ne laisse jamais l'âme seule. Celle-ci n'a donc jamais de temps pour s'adonner à la pensée pour enfin accéder au vrai. Le corps ne donne jamais de répits à l'âme car il nécessite un entretien perpétuel. L'âme se laisse constamment guider par ce corps. C'est ainsi qu'elle manque de temps pour rechercher le vrai. Le corps est représenté comme un obstacle, parfois même l'objet qui dévie l'âme du chemin de la vérité. Selon Platon, l'âme constitue une personnalité tandis que le corps, lui, est juste un mal qui l'accompagne. Il est présenté comme un intrus qui soumet une âme à l'esclavage pour contenter ses désirs. Le corps est donc l'objet qui dévie l'âme de la philosophie elle-même.
 

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "Platon et la damnation du corps" a obtenu la note de :
aucune note

Corrigé consulté par :
  • krak-262712 le 29/09/2015 à 29H21
  • Kpifd95 le 29/10/2014 à 29H15
  • cyanite-183505 le 05/11/2012 à 05H17
  • Agathe57368 le 09/02/2010 à 09H17
  • Dounia42833 le 25/11/2009 à 25H18
  • Platon et la damnation du corps

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit