ROUSSEAU

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< ROUSSEAU: De la religion naturelle. ROUSSEAU >>
Partager

Sujet : ROUSSEAU

ROUSSEAU

 ROUSSEAU  ROUSSEAU Quand je dis que l'objet des lois est toujours général, j'entends que la loi considère les sujets en corps et les actions comme abstraites, jamais un homme comme individu ni une action particulière. Ainsi la loi peut bien statuer qu'il y aura des privilèges, mais elle n'en peut donner nommément à personne ; la loi peut faire plusieurs classes de citoyens, assigner même les qualités qui donneront droit à ces classes, mais elle ne peut nommer tels et tels pour y être admis ; elle peut établir un gouvernement royal et une succession héréditaire, mais elle ne peut élire un roi, ni nommer une famille royale : en un mot, toute fonction qui se rapporte à un objet individuel n'appartient point à la puissance législative. ROUSSEAU
   ROUSSEAU

Qu'est-ce qu'une loi ? interroge Rousseau dans Du contrat social (Livre Il, chapitre VI). Une loi – au sens physique – est un rapport universel et constant entre des phénomènes. La loi – au sens politique – doit elle aussi établir des rapports universels et constants entre les hommes...
 
 POUR MIEUX COMPRENDRE LE TEXTE
 

 La loi est, nous dit Rousseau dans ce texte, générale par son objet. C'est que la loi ne statue pas sur tel ou tel individu, mais sur un principe d'organisation générale de la société sur lequel les hommes se mettent d'accord.
 Parce qu'elle est générale, la loi est la même pour tous et réalise de ce fait l'égalité. Mais cela ne signifie pas pour autant qu'elle place sur le même plan tous les individus. Au contraire, principe d'organisation, elle établit des fonctions, confère des statuts.
 C'est pourquoi la loi est juste et légitime, non pas parce qu'elle est le résultat d'un vote, mais parce qu'elle concerne l'intérêt général. L'élection, qui choisit un individu, n'est donc pas l'acte politique majeur. Rousseau, d'ailleurs, condamne le principe de la représentation, pour le risque – réel, on le voit aujourd'hui – de confusion qu'il entretient entre le choix d'un homme et le choix d'une politique législative ou d'un programme.
 Enfin, si la loi est générale par son objet, elle doit l'être aussi dans sa source. Elle émane de la volonté générale.

Corrigé non disponible

Le corrigé du sujet "ROUSSEAU" a obtenu la note de :
aucune note

ROUSSEAU

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit